accueil

Fiches

rime/ ET PROSE/ di m. girolamo/ zoppio./ [fleuron]/ in bologna,/ Appresso Alessandro Benacci./ m d lxvii./ Con licenza del R. Vic. Episc. e R. P. Inquis.

In-8° [88] feuillets signés *4 A-K8 L4 chiffrés [IV] 1-64 (65) 66-83 [I bl.]. Lettrines ; caractères italiques.

Edition des œuvres littéraires de Girolamo Zoppio, dédiée au comte Ovidio Bargelino [1]. Elle s’ouvre par un canzoniere de stricte obédience pétrarquienne, de 142 sonnets, neuf canzoni et trois pièces en stanze. Dans sa préface, Zoppio rappelle l’importance de ce modèle :

  • Quanto io habbia sempre più di tutti gli altri Poeti, che della Greca, Latina, e Volgar lingua venuti mi sono alle mani, stimato il molto eccellente M. Francesco Petrarca, non solo conoscer si può da questo, che di rado senza le sue volgari poesie tra le mani mi truovo, mà ancora dal lungo e continuo studio, che ho speso intorno alla imitatione di quel suo maraviglioso non meno che vario, e vago stile.

Certaines pièces sont adressées à la duchesse d’Urbin [2], à Giovanna Bava, Riccardo Boccaleoni (2), Francesco Bottrigaro, Bernardo Cappello, Annibal Caro, Vincenzo Cassini, Ridolfo Ercolani, Giulia Fedeli, Giambattista Ferretto (4), Clelia Ferri, Giovanni Ferro, Caterina Galli, d’Urbin, Ottavio Giardini, Giovanni Bernardo Lasani, Ercole di Letti, Francesco Mandoli Piccolomini, Ippolita Marescotti, Floriano Moratti, Giovangiacomo Panici, Giovangiacomo Pellicani, Giovanbattista Piccolomini, Marc’Antonio Piccolomini, Battista Ricci, Maria Ricci, Bongiovanni Sempronio (2), Ottavio Tolomei, Ulisse Ulissi, Sigismondo Zanettini.

A la suite des Rime, un Discorso et une lettre apologétique par lesquels Zoppio intervient dans la querelle entre Annibal Caro et Lodovico Castelvetro, en faveur du premier avec qui il avait été lié. Le recueil s’achève sur une satire en vers adressée à Quirino Lucchini, dont on pourra retenir ces vers, en guise de conclusion :

  • Fosco, rozzo, e troppo alto è Dante : humile
  • Il Boccaccio : et il Bembo horrido e duro :
  • Troppo il Casa affettato : il Varchi è vile.

Le volume est imprimé par Alessandro Benacci, actif à Bologne entre 155à et 1599, en association avec son frère Giovanni Battista.

Hauteur : 146 mm. Vélin rigide (reliure moderne).

Provenance : ex libris imprimé Sergio Colombi ; notes de Giuseppe Martini.

→ Vaganay, 1567, n° 4 ; BL, 745 ; Hastings Jackson, 380 ; Ascarelli-Menato, p. 59 ; DTE, I, p. 98-104.

Notes

[1Ou Bargellini, d’une famille patricienne de Bologne, qui donna deux podestà. Giulio Bargellini fut investi de plusieurs fiefs par Jules II.

[2Vittoria Farnese , épouse de Guidobaldo II della Rovere.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |