accueil

ALLEGRI (Alessandro), La Quarta parte delle rime piacevoli (1613)

1

[encadrement typographique]

la/ QVARTA PARTE/ delle rime/ piacevoli/ d’alessandro allegri./ dal sig francesco caliari/ Raccolte, e date in luce./ Et al M. Illust. e M. Reuer. Sig. Caualiere/ Angelo Marzi, Medici, e Canonico/ nel Duomo di Firenze dedicate./ [marque]/ in verona,/ Appresso Bortolamio Merlo dalle Donne. 1613./ Con licenza de’ Superiori.

In-4° [56] feuillets signés A-O4 non chiffrés ; H2 mal signé G2. Chaque page est dans un encadrement typographique. Marque sur le titre (44 mm), bandeau gravé ; lettrines, caractères romains et italiques.

Recueil de pièces diverses, introduites par des épîtres en prose adressées à Alessandro Adimari [1], au comte B***, Simon Berti, Carlo Bocchineri [2], Galvano Castaldi, Andrea Facchineo, Lorenzo Mattioli (8), Francesco Medici, Bernardetto Minerbetti (2), Claudio Montegozi, l’abbé Morandi, Giuliano

N*** (2), Pandolfo N*** (2), le sig. N*** (3), le signor NN***, Francesco Niccoli, Filippo Salviati, Giovanni Battista Sogliani. Pièces en vers et épîtres de Bernardetto Minerbetti, Pandolfo N***.

Les quatre parties des Rime piacevoli ont été rééditées intégralement dans le recueil des Rime e prose di Alessandro Allegri Fiorentino, Amsterdam, 1754. Trois de quatre éditions originales ont été publiées à Vérone, par Francesco, puis Bortolamio dalle Donne. La famille Dalle Donne exerça entre 1565 et 1613 (DTE indique 1606), imprimant près de 270 titres, essentiellement des textes religieux (dont certaines éditions hébraïques), généralement en petit format.

Relié avec Allegri, La Prima parte delle rime piacevoli, Vérone, 1605 ; Allegri, Seconda parte delle rime piacevoli, Vérone, 1607 et Allegri, La Terza parte delle rime piacevoli, Florence, 1608

→ Quadrio, II, 560 et VI, 264 ; Brunet, I, 189 ; Ascarelli-Menato, p. 460 (Francesco Dalle Donne) ; DTE, I, p. 357-359.

[1Poète et lettré florentin (1579-1649), fils de Bernardo di Tommaso ; membre de diverses académies, il publia après 1628 la plupart de ses recueils, facétieux et encomiastiques, chaque recueil portant le nom d’une muse, de la Polinnia (1628) à l’Urania (1642).

[2Poète originaire de Prato. Il composa un poème sur les noces de Henri IV et Marie de Médicis et fit paraître, en 1611, à Paris un long poème mythologique, Il Palladio, prototype de l’Adone.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |