accueil

BATTIFERRI DEGLI AMMANNATI (Laura), Il Primo libro delle opere toscane (1560)

1

IL PRIMO LIBRO/ dell’opere toscane/ di m. lavra battiferra/ Degli Ammannati,/ [fleuron]/ Alla Illustrissima, ed Eccellentissima Signora,/ la Signora Duchessa di Fiorenza,/ e di Siena./ con privilegio./ [fleuron]/ [armoiries]/ in firenze appresso i givnti/ m d l x

In-4° [64] feuillets signés A6 B-P4 Q2 paginés [XII dont I bl.] 9-88 86-88 92-93 91-92 96-122 [II]. Armoiries de Leonora de Toledo gravées sur le titre (76 mm) ; fleuron typographique sur le feuillet A6 v° ; lettrines ; marque gravée sur le dernier f. (59 mm). Caractères italiques.

Edition collective des œuvres de la poétesse Laura Battiferri. Dédiée à Leonora de Toledo [1], duchesse de Florence, épouse de Cosme de Médicis, elle est composée de 128 sonnets, dont 41 sont les prétextes ou les réponses à autant de sonnets par divers auteurs, 13 madrigaux, une octave, une sextine, un hymne et une églogue, ainsi que cinq sonnets de Lucio Oradini [2] à Bartolomeo Ammannati et leurs risposte.

Les pièces sont dédiées à Philippe II d’Espagne, Marie reine d’Espagne [3], Cosme Ier de Médicis, duc de Florence (3), Leonora de Toledo, duchesse de Florence (2), le duc d’Urbin [4], la duchesse d’Urbin [5], le prince d’Urbin [6], Domenico Alamanni (et risposta), Silvio Antoniano [7] (2 et risposta), Girolamo Bargagli [8], Material Intronato (2 et risposte), Fabio Bentivoglienti (et risposta), Lattanzio Benucci [9] (et risposta), Benvenuto scultore [10] (et risposta), Lelio Bonsi [11] (et risposta), Federico Borromeo et Virginia della Rovere [12] (4), Bronzino [13] (4 sonnets et leurs risposte), Pietro Buonaventura (et risposta), Annibal Caro (et risposta), l’abbate Casale (et risposta), Paolo Casale (et risposta), Cavaletto (2 et risposte), Livia Colonna (3), Ortensia Colonna (3), Ersilia Cortesi de’ Monti, Gabriello Fiamma (2 et risposte), Antonio Gallo (3 et risposta), Bernardino Grazzini, Vincenzo Grotti (2), Felice Gualtieri (et risposta), Federico Lanti [Lante] (et risposta), Lasca (2 et risposte), Luca Martino, la marquise de Massa [14] (2), Giulia de’ Medici [15], le cardinal de’ Medici [16], Francesco Monte Varchi, Giovanni Musonio (2), Lucio Oradini (2 et risposta), Paolo Giordano Orsini [17], Vespasiano Piccolomini et Lucrezia Soderini [18] (5), Girolamo Razzi (2 et risposta), Piero [della] Stufa (2 et risposte), Girolamo Tanini (et risposta), Virginia Varana della Rovere [19], Benedetto Varchi (3 et risposte), Chiappino Vitelli, Leonora Cibo de’ Vitelli [20] (4), Michelangelo Vivaldi (et risposta). Sonnets et pièces in morte, pour Lelio Capilupi [21] (2), Lucrezia Casale de’ Guidotti (3), le duc Orazio Farnese [22], Maria de’ Medici, duchesse de Camerino [23] (3), Battina d’Oria de’ Marini [24] (2), madonna Hirene [25], Camilla Tebalda del Corno (2).

Le premier livre des œuvres de Laura Battiferri reflète le climat intellectuel florentin des années 1550 et le rôle joué par Benedetto Varchi. On a du reste longtemps attribué à celui-ci les corrections manuscrites figurant sur la copie destinée à l’imprimeur [26]. Même si ces corrections sont aujourd’hui rendues à la poétesse elle-même, Varchi joua dans l’élaboration du recueil une influence décisive que reconnaît Laura dans une lettre où elle lui demande son aide pour le choix du titre : « arò ancora caro di sapere come le pare che stia meglio l’intitolazione : o Prima parte delle rime de’ versi di Laura ecc., o Prima parte dell’ Opere toscane, o Libro, come meglio vi pare », comme dans la rédaction définitive de l’épître de dédicace à joindre au volume que Giunti venait d’imprimer : « Io n’aveva fatta una bozza ; ma perché non ho mai più fatte di simili, non mi è riuscita […] ; onde vi prego con ’l cuore che, poi che avete fatto tanto, come è stato quello c’avete fatto sin qui, che foste contento ancor far questo resto di formarmi quelle parole, che parrà a voi che stiano bene ».

La disposition du volume est très nette : une première section est adressée au duc de Florence et à la duchesse Leonora, à qui sont également adressées les pièces de conclusion. Suit un groupe de sonnets adressés à des personnalités florentines, masculines puis féminines. La partie centrale est vouée à l’inspiration sacrée ; la troisième partie, consacrée aux pièces épistolaires, met en évidence, selon un usage fréquent au XVIe siècle, les échanges littéraires et le réseau des relations savantes dans lequel prend sens cette poésie. Si la pratique lyrique de Laura Battiferri ressortit à un pétrarquisme attentif, les pièces spirituelles témoignent d’un ton plus personnel.

Hauteur 218 mm. Demi-vélin (reliure moderne).

Provenance : signature Maschi sur le titre ; cachet de la Biblioteca Gamberi [non recensé par Gelli].

→ Quadrio, II, 250 ; Vaganay, 1560, n° 2 ; BL, 76 ; Decia, 311 ; Edit XVI, B-813 (37 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 273-274 ; Panizzi, 580.

[1Fille de don Pedro Alvarez de Toledo, 2e marquis de Villafranca, vice-roi de Naples, et de Maria Osorio y Pimentel, elle avait épousé Cosme de Médicis en 1539.

[2Sur ce personnage, voir Oradini, Due lezioni, Florence, L. Torrentino, 1550.

[3Marie de Portugal (1527-1545), fille de Jean III de Portugal, et de Catherine ou Catalina de Habsbourg ; elle avait épousé Philippe II roi d’Espagne en 1543.

[4Guidobaldo II della Rovere (1514-1574), duc d’Urbin, fils de Francesco Maria I della Rovere († 1538) et d’Eleonora Gonzaga.

[5Vittoria Farnese (1521-1602), avait épousé en 1547 Guidobaldo II della Rovere.

[6Francesco Maria II della Rovere (1549-1631).

[7Lettré romain (1540-1603), protégé par Otton Truchsess, cardinal d’Augsbourg, secrétaire apostolique, membre de l’Académie des Nuits vaticanes sous le nom du Risoluto, créé cardinal en 1599.

[8Poète et lettré siennois (1537-1589), membre de l’Accademia degli Intronati, auteur de comédies et d’un Dialogo de’ Giuochi (1572).

[9Erudit et poète siennois, voir Tullia d’Aragona, Dialogo dell’ infinità di Amore, Venise, G. Giolito de’ Ferrari, 1547 et note.

[10Probablement Benvenuto Cellini (1500-1571).

[11Florentin (1532-1569), membre de l’Accademia fiorentina, auteur de leçons académiques en 1560, chancelier de l’Ordre de Santo Stefano.

[12Virginia della Rovere (1544-1571), fille de Guidobaldo II della Rovere, duc d’Urbin, et de sa première épouse Giulia da Varano, princesse de Camerino (1523-1547) ; elle épousa en premières noces, en 1560 Federico Borromeo (1536-1562), 8e comte d’Arona.

[13Le peintre Bronzino (Agnolo di Cosimo Tori, dit), né à Florence en 1503, formé par Raffaellino del Garbo et surtout par Pontormo, s’imposa tôt dans la vie artistique et littéraire florentine. Après un séjour à Pesaro, à la cour des Della Rovere, il revint à Florence en 1532 et obtint d’importantes commandes dans la chapelle de Leonora de Toledo au Palazzo Vecchio. Outre le portrait de Laura Battiferri mentionné ci-dessus, il laissa deux portrais très différents de sa protectrice, la duchesse, celui, olympien, des Offices et un autre, tourmenté, conservé à Berlin.

[14Elisabetta della Rovere (1529-1561), fille de Francesco Maria della Rovere et d’Eleonora Gonzaga, épouse en 1552 d’Alberico Cybo Malaspina, marquis de Massa.

[15Giulia, fille naturelle d’Alessandro de’ Medici, duc de Florence, assassiné en 1532. Elle épousa en 1550 Francesco Cantelmo, comte d’Alvito, puis en secondes noces Bernadetto de’ Medici, seigneur d’Ottaiono, et mourut après 1588.

[16Ferdinando de’ Medici (1549-1609), créé cardinal en 1563.

[17Paolo Giordano Orsini (1541-1585), 1er duc de Bracciano, général de l’infanterie pontificale à Lépante. Il avait épousé en 1546 Isabella de’ Medici, fille de Cosme Ier.

[18Elle était fille de Paolo Antonio Soderini († 1554), capitaine du peuple à Florence en 1528, et de Fiammetta Strozzi.

[19Voir ci-dessus note.

[20Eleonora Cybo Malaspina (1523-1575), fille de Lorenzo Cybo, comte de Ferentillo, et de Ricciarda Malaspina ; veuve de Gian Luigi II Fieschi, comte de Lavagna, elle avait épousé en secondes noces Gian Ludovico Vitelli, dit Chiappino (1520-1575), marquis de Cetona, maître de camp dans les armées du grand-duc de Toscane.

[21En 1560.

[22Orazio Farnese, duc de Castro, mort en 1553.

[23Probablement Maria, fille aînée de Cosme de Médicis, morte en 1557.

[24Bettina Doria († 1558), épouse de Tommasa de Marini Castagna, de Gênes, premier duc de Terranova, trésorier général du duché de Milan.

[25Irene di Spilimbergo (1541-1559), fille du comte palatin Adriano di Spilimbergo et de Giulia da Ponte ; peintre, élève du Titien, célébrée par Vasari, elle disparut prématurément. Un imposant tombeau collectif, les Rime di diversi nobilissimi autori in morte di Irene di Spilimbergo fut publié à Venise en 1561 (Domenico Gio. Battista. Guerra).en 1561, réunissant des pièces de plus de 110 poètes.

[26Florence, Biblioteca Nazionale, ms VII 778 ; voir édition moderne par E. M. Guidi, Urbin, Accademia Raffaello, 2000, p.34.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |