accueil

BENIVIENI (Girolamo), Opere (1533)

1

[encadrement de titre]

amore di hiero-/nimo Beniueni Fiorentino, Allo/ Illustrissi. S. nicolo/ da correggio./ Et una Caccia de amore bellissima/ de Egidio & cinque capituli, So/pra el timore, zelosia, / Spera[n]za, amore, &/ uno Triompho del/ mondo./ Composti per il Conte/ matteo maria bo/iardo et altre / cose diverse.

[souscription] In Vinegia per Vettor.q. Piero Rauano/ della Serena & Compagni nel anno/ del Signore. m.d.xxxiii./ Del mese di Febraro.

In-8° [48] feuillets signés A-F8 non chiffrés. Titre dans un encadrement aux médailles de Pompée et Alexandre ; marque sur le dernier feuillet (53 mm ; Vaccaro, 442 ; Zappella, 1088-1090) ; caractères italiques.

Le poème Amore de Benivieni, adressé à Nicolò da Correggio [1], avait été publié pour la première fois en 1500, à Florence, chez Fubini, en appendice au Commento sopra a più sue canzone e sonetti dello Amore et della bellezza divina. Ce poème allégorique combine avec habileté le modèle des stanze, inspiré de Poliziano, à de nombreuses références à Dante et à Pétrarque. En 1523, le libraire vénitien Zoppino en donna une nouvelle édition, complétée par des pièces d’Egidio [Canisio] [2], de Viterbe, Domenico Baglioni (cinq capitoli, un strambotto, un sonnet) et Matteo Maria Boiardo (dix capitoli, six sonnets, une épître, cinq canzoni et sept strambotti). Les Capitoli de Boiardo correspondent en fait à des Tarocchi, une série d’ingénieuses terzine destinées à accompagner un jeu de cartes et conçues à l’origine pour être lues séparément.

L’édition publiée en 1533 par Vittorio Ravani est la quatrième du recueil. Vittorio Ravani succéda à son père Pietro, mort avant 1531, et il exerça jusqu’en 1541 en association avec sa belle-mère. De 1541 à 1556, il publia une vingtaine d’ouvrages à la marque de la Sirène.

Hauteur 154 mm). Maroquin brun, dos très orné, triple filet doré sur les plats, filets sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure moderne).

→ Quadrio, I, 219 ; Brunet, I, 773 ; Essling, 2209 ; Sander I, 898 ; Edit XVI B-1510 (2 exemplaires : Reggio Emilia, Panizzi, et Trevise, Comunale) ; Ascarelli-Menato, p. 358 ; Panizzi, 658.

[1Nicolò II da Correggio (1450-1508), dit le Posthume, créé chevalier impérial en 1452, capitaine au service de Milan, conseiller du duc de Milan et poète ; il était fils de Nicolò, seigneur souverain de Correggio et de Beatrice d’Este.

[2Sur ce personnage, voir Bembo, Epistolarum familiarium libri VI, Venise, G. Scotto, 1552 et note.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |