accueil

BERNI (Francesco), Il Secondo libro delle opere burlesche (1555)

1

il/ SECONDO LIBRO/ Dell’opere Burlesche, di M./ francesco berni./ Del Molza, di M. Bino, di M./ Lodouico Martelli./ Di Mattio Francesi, dell’Aretino,/ Et di diuersi Autori./ Nuouamente porto in Luce, Et con/ diligenza Stampato./ [fleuron]/ [marque]/ in fiorenza, m d lv./ Con Priuilegio.

[souscription] in fiorenza/ Appresso li Heredi di/ Bernardo Giunti./ m d l v.

In-8° [196] feuillets signés ♣4 A-Z8 2A8 chiffrés [IV] 187 [I]. Marque sur le titre (60 mm ; Decia 6bis), autre au verso du dernier feuillet (68 mm) ; lettrine, caractères italiques.

Première édition de cette collection de pièces facétieuses, dédiée à Alessandro de’ Medici. Celui-ci, né en 1535, fils d’Ottavio ou Ottaviano de’ Medici et de Francesco Salviati, était un neveu de Léon X. Il poursuivit une longue carrière ecclésiasique. Evêque de Pistoia en 1573, il sera créé cardinal en 1583, et élu pape sous le nom de Léon XI, pour un bref pontificat en 1605.

Le volume réunit dans une première partie 24 pièces diverses de Francesco Beccuti dit Coppetta (1509-1553), Francesco Berni (1498-1535), Francesco Maria Molza (1489-1544), Lodovico Martelli (1499-c. 1528), Vincenzo Martelli, adressées au pape Clément [VII], la marquise de Pescara [Vittoria Colonna], [Paolo] Giovio, Bernardo Giusto, Ortensia Greca (2). Suivent 30 capitoli de Mattio Francezi [1]. Les pièces sont dédiées à Benedetto di Barone, Benedetto Buontempi, Benedetto Busino (7), Carlo Capponi (3), Annibale Caro [2] (2), monsignor Dandino, Bartolomeo Giugni, le cardinal Maffeo [Maffei] [3], Luca Martini, Matteo cantore, Francesco Maria Molza (2), Lorenzo Scala, Fabio Segni (2), Jacopo Sellaio [Giacomo Salvi], Pietro da Sezza.

Le recueil contient en outre 13 capitoli et pièces diverses de Pietro Aretino, S. B., Francesco Baldelli [4], Francesco Bini, Andrea Lori, Luca Martini, Strascino [5], adressés au duc de Mantoue [6], au duc de Florence [7], à Lorenzo dei Bardi, Roberto Buonguglielmi, Adamo Centurioni, sur sa villa de Pegli, Visinio Merciaio, Luca Valoriani.

Une dernière section réunit 5 capitoli du peintre Bronzino [8], adressés à Luca Martini (2) et Benedetto Varchi, des pièces de Giovanni Andrea dell’Anguillara [9] (1517-1572), de M. B., de Valerio Buongioco de Trévise, de Lodovico Domenichi, de Luca Valoriani. Les pièces sont adressées au cardinal de Trente, à Lodovico Domenichi, Filippo Giunti, Jacopo di Neri, Luigi Spadini. Dans son Dialogo del letterato cortigiano, Giovanni Andrea Gilio rapporte que le cardinal de Trente, Cristoforo Madruzzo, récompensa Giovanni Andrea dell’Anguillara pour son capitolo alla berniesca, d’autant d’aunes de velours qu’il y avait de tercets, « gli donò tante braccie di velluto quanti erano terzetti [10] ».

Hauteur 142 mm. Maroquin brun, dos long orné de compartiments dorés ; pièces de titre et de tomaison, coupes guillochées, tranches dorées (reliure du XIXe siècle).

Provenance : signature sur le titre et le dernier feuillet Aless[and]ro delle Rede fio[entino] ; ex-libris imprimé Giacomo Manzoni[né à Lugo en 1816, ministre des finances de la République romaine en 1848, exilé à Corfou ; de retour en Italie, il s’établit à Turin en 1853, où il publia les Annali Tipografici Torinesi. Sa bibliothèque, riche de 25 000 volumes, fut vendue en 1893 à Rome ; Gelli, p. 280].

→ Gamba, 159 ; Brunet, I, 800 ; Decia, 295 ; EditXVI, B-1733 (6 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 273.

[1D’origine florentine, Mattio [Matteo] Francezi fit carrière à Rome, au service du cardinal Gaddi jusqu’en 1539, avant d’entrer au service du cardinal Ardinghelli, vice-légat dans les Marches. Il participa avec Giovanni della Casa aux travaux de l’Accademia della Virtù ; il est fréquemment mentionné dans la correspondance entre Caro et Varchi.

[2La pièce dédiée à Caro relate sur un mode burlesque un long voyage à cheval entre Rome et Padoue, en février 1538.

[3Bernardino Maffei (1515-1549), secrétaire de Paul III, archevêque de Chieti en 1547, créé cardinal en avril 1549.

[4Originaire de Cortone, membre de l’Accademia degli Umoristi de Bologne ; il est l’auteur de traductions du latin.

[5Nicolò Campani, dit Strascino. Sur cet auteur, voir N. Campani, Lamento sopra il male incognito, Venise, N. Zoppino & V. Polo, 1523.

[6Federico II Gonzaga.

[7Cosme Ier de Médicis.

[8Agnolo di Cosimo di Mariano (1503-1572), peintre et poète, ami de Laura Battiferri, voir Laura Battiferri, Il primo libro delle opere toscane, Florence, Giunti, 1560.

[9Originaire de Sutri, membre de l’Accademia dello Sdegno, Giovanni Andrea dell’Anguillara était au service du cardinal Farnese, qu’il accompagna en France en 1551.

[10G. A. Gilio, Dialogo, éd. P. Cherchi, Longo Editore, Ravenne, 2002, p. 59.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |