accueil

BINASCHI (Giovanni Filippo), Delle Rime (1588, 1589)

1

delle rime/ DEL S. FILIPPO/ BINASCHI,/ gentilhvomo pavese,/ academico affidato,/ Parte Prima, et Seconda./ novamente stampate./ [marque : virescit vvlnere virtvs]/ in pavia, Con licenza de’Superiori./ Appresso Girolamo Bartoli, 1589./ Ad instanza di M. Gio. Andrea Viano.

[souscription] in pavia,/ Appresso Girolamo Bartoli, 1588.

Deux parties en un volume in-8° [150] feuillets signés a8 b4 A-R8 S2 paginés [XXIV] 1-36 73 38-84 83 86-87 86-87 90-91 90-91 94-95 94-126 121-247 ; [144] feuillets signés a8 A-Q8 R2 paginés 1-144 149-261 [III]. Marque sur le titre (56 mm) ; bandeaux typographiques, fleurons, lettrines.

Edition originale des Rime de Filippo Binaschi, seconde émission à la date de 1589, dédiée à Aureliano Beccaria, fils du comte Alessandro Beccaria, d’une des principales familles de Pavie. Le recueil, un canzoniere pour Alda Torelli Lunati [1], est composé de 741 pièces : une première partie de 330 pièces diverses, dont une curieuse sestina mista (f. R2), et une seconde partie, de 411 pièces diverses. Ces pièces témoignent d’une grande virtuosité formelle, dans un répertoire pétrarquiste nuancé par la leçon de Della Casa et de l’Arioste, ainsi que par des éléments dantesques, mettant l’accent sur des effets d’oppositions et d’antithèses.

Le recueil constitue une véritable somme de la production poétique de Binaschi et propose de nombreuses pièces inédites jusqu’alors. L’activité du poète avait connu deux moments : le premier, lié à des circonstances mondaines et académiques, marqué par des pièces publiées dans le Tempio pour Giovanna d’Aragona (1553) et dans les Rime in morte della signora Irene di Spilimbergo (1561) ; le second, d’une tonalité plus intime et plus spirituelle, dont témoigne Luca Contile dans une pièce en réponse à Binaschi, publiée dans ses propres Rime (Venise, Sansovino, 1560, f. 94 v°).

Girolamo Bartoli, originaire de Salò, exerça comme imprimeur à Pavie, de 1561 à 1590, produisant 200 titres, avant d’ouvrir un atelier à Gênes. Il travailla pour le libraire Giovanni Andrea Viani, établi à Pavie entre 1581 et 1615.

Hauteur : 147 mm. Parchemin rigide, dos orné de filets et de fleurons dorés, pièce de titre, tranches rouges.

Provenance : Giuseppe Martini.

→ Quadrio, II, 262 ; Vaganay, 1588, n° 2 (indique 279 sonnets) ; Bologna, II, 277 ; BL, 105 ; Edit XVI B-2221 (25 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 190-191 ; Panizzi, 752 ; Sul Tesin, I.47 ; DTE, I, p. 80-81.

[1Alda Torelli, fille de Ludovico Torelli († 1523), comte du Vicariato di Settimo, et de Camilla Martinengo. Une de ses pièces avait été publiée dans les Rime diverse d’alcune nobilissime donne, Lucques, 1559.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |