accueil

BUONARROTI (Michelangelo), Rime (1623)

1

RIME/ di/ MICHELAGNOLO/ bvonarroti./ Raccolte da Michelagnolo/ suo Nipote./ [marque]/ in firenze appresso i givnti/ con licenzia de’ svperiori./ m.dc.xxiii.

In-4° [50] feuillets signés ¶6 A-L4 paginés [XII] 88. Marque gravée sur le titre (70 mm : Camerini, 15) ; bandeaux, lettrines ; caractères italiques. Correction imprimée sur une pastille collée, p. 28, l. 6.

Première édition des Rime de Michelangelo Buonarroti, procurée par son petit-neveu, Michelangelo Buonarroti le jeune (1568-1646). Fils de Lionardo Buonarroti et Cassandra Ridolfi, celui-ci, membre de l’Accademia Fiorentina et de la Crusca, sous le nom de l’Impastato, fut un des poètes de la cour des Médicis ; on lui doit en particulier une comédie rustique, La Tancia.

Dédiée au cardinal Maffeo Barberini, futur Urbain VIII, ancien condisciple à Pise de Michelangelo Buonarroti le jeune et lui-même poète (voir Barberini, Poemata. Poesie toscane, Rome, Stamperia della Camera Apostolica), cette édition contient 149 pièces diverses dont 65 sonnets, et autant de madrigaux, un genre que Michel-Ange cultiva pour ses possibilités expressives. Certaines des pièces sont adressées à Lodovico Beccadelli, évêque de Raguse, Giovanni da Pistoia, Gandolfo Porrino, Luigi del Riccio, Vittoria Colonna (5). Une seconde édition, augmentée de la Lezione de Benedetto Varchi (1549) fut publiée en 1726 par Giovanni Bottari (Florence, Manni). La critique moderne rejette l’édition procurée par Michelangelo Buonarroti le jeune, « rifacimento inservibile ai fini della ricostruzione testuale [1] ». Cette édition toutefois est un témoin important de l’évolution de la poésie italienne entre Renaissance et XVIIe siècle, et un document précieux sur la constitution du mythe littéraire de Michel-Ange.

Hauteur : 224 mm ; exemplaire grand de marges, témoins. Cartonnage moderne.

Provenance : ex-libris illustré Francisci Bracchini [non recensé par Gelli] ; collationné complet par Bernard Quaritch.

→ Quadrio, II, 253-254 ; Gamba, 248 ; Brunet, I, 1394 ; Hastings Jackson, 140 ; E. Steinmann & R. Wittkower, Michelangelo Bibliographie, Leipzig, 1927, t. I, 307 ; Camerini, 385 ; Michel, V, p. 172 (recense 4 exemplaires en France) ; Ascarelli-Menato, p. 273-274.

[1G. Gorni, notice, dans Poeti del Cinquecento, cit., p. 581.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |