accueil

CHIABRERA (Gabriele), Delle Poesie. Parte prima ( -Terza) (1605-1606)

1

delle poesie/ di/ gabriello/ chiabrera/ Parte Prima (-Seconda)./ Per lvi medesimo ordinata,/ e donata all’Illustriss. Signore,/ il signor iacopo doria/ del Signore Agostino già/ Serenissimo./ [marque : coelvm tango votis]/ in genova,/ Appresso Giuseppe Pauoni. m d cv./ Con licenza de’ Superiori.

[souscription] In Genova,/ Appresso Giuseppe Pauoni./ m d c v./ Con licenza de’ Superiori.

[suit]

delle poesie/ di/ gabriello/ chiabrera/ Parte Terza./ Per lvi medesimo ordinata,/ E donata all’Illustriss. Signore,/ il signor gio. vincenzo / imperiale./ [marque : coelvm tango votis]/ in genova,/ Appresso Giuseppe Pauoni. m d cvi./ Con licenza de’Superiori.

Trois parties en un volume in-8° carré : [56] feuillets signés A-G8 paginés 111 [I] ; [80] feuillets signés A-K8 paginés 159 [I] ; [64] feuillets signés A-H8 paginés 126 [I-I bl.]. Marque sur les titre (33 mm) ; autre (70 mm) ; bandeaux ; fleurons ; lettrines ; caractères italiques.

Edition collective des Poesie ; elle est pour la première fois disposée en 3 parties et très augmentée. Les pièces déjà publiées sont redistribuées selon un ordre nouveau. La première partie, dédiée à Jacopo Doria, comprend cinq livres, respectivement composés de 26 pièces (octaves, canzoni, madrigaux en mètres antiques, des vers de sept syllabes à rime embrassée, ballate), onze odes, d’argument amoureux ou facétieux, en vers de sept syllabes à rime plates, 21 sonnets adressés au grand-duc de Toscane [1], la comtesse Angela Arditi, Maria Bernizona, Bernardo Castello (2), Flaminia Cicala, Jacopo Corsi, Giulia (3) et Aurelia Gavotte, Lelia Grassa (2), Violante Grassa (2), Aurelia Pavese, Giovanna Spinola (3), Marzia Spinola, et un sonnet sur le Chant V de Dante peint par Cesare Corte [2] ; 27 sonnets à la louange de Ferdinando de’ Medici, Cosimo de’ Medici [3], prince de Toscane, les princes de Savoie, Charles-Emmanuel, duc de Savoie, Philibert-Emmanuel [4], prince de Savoie, Francesco Gonzaga, prince de Mantoue [5] ; 21 sonnets divers.

La deuxième partie, en six livres, est dédiée au même Jacopo Doria. Elle comprend des pièces déjà publiées mais pour la plupart récrites en nouveaux mètres : dix canzoni, dix pièces diverses, certaines étant dédiées à Bernardo Castello, Giovanni Battista Pinelli, Lorenzo Fabri, Girolama Corte (2), Ottavio Rinuccini [6] ; 18 pièces, en quatrains d’endecasillabi imitant les strophes tétrastiques d’Horace, dédiées à Pompeo Arnolfini, Giovanni Battista Lagostena, Giovanni Battista Forzano, Lorenzo Fabri, Bartolomeo Paggi, Tommaso Strinati, Francesco Cini, Cinzio Aldobrandini, cardinal de San Giorgio, Jacopo Corsi, Giulio Dati, Angelo Capponi, Raffaello Gualterrotti, Carlo Guidacci, Cosimo Ridolfi, Ferdinando Gonzaga, prieur de Barletta [7], le cardinal Ascanio Colonna [8], vice-roi d’Aragon, Virginio Orsini [9], duc de Bracciano, Vincenzo Gonzaga, duc de Mantoue ; huit éloges de six vers, de Francesco Maria della Rovere, duc d’Urbin, Emmanuel-Philibert, duc de Savoie (2), Giovanni Medici, Nicola Orsini, duc de Pitigliano, Francesco Gonzaga, marquis de Mantoue, Bartolomeo Liviano, Christophe Colomb ; 6 éloges en 6 vers d’Alessandro Farnese, duc de Parme (2), Giovanni Medici (2), Virginio Orsini, duc de Bracciano (2) ; 6 pièces spirituelles à sainte Lucie et à la Vierge.

La troisième partie renferme les poèmes sacrés déjà publiés, dont les cinq poemetti dédiés à Christine de Lorraine, La disfida di Golia, La liberatione di S. Pietro, Il Diluvio, La conversione di S. Maddalena, I cinque tiranni in Gabaon ; elle est introduite par une lettre de dédicace à Giovanni Vincenzo Imperiali [10], qui propose un véritable traité sur la rime et le vers libre, dans lequel Chiabrera cite Boccace, Dante et Trissino.

Hauteur : 128 mm. Cartonnage du XIXe siècle.

→ Gamba, 345 ; Hastings Jackson, 197 ; Michel, II, 88 (2 exemplaires) ; Raboni, 15, 17 ; Ascarelli-Menato, p. 140 ; Maira Niri, 43 (recense 8 exemplaires).

[1Ferdinando de’ Medici.

[2Cesare Corte (1550-1613), peintre génois originaire de Pavie, protégé par Alberico Cybo, prince de Massa, maître de Bernardo Strozzi, il fut condamné pour hérésie en 1612 et mourut en prison. Le tableau, représentant le châtiment des luxurieux, est aujourd’hui perdu.

[3Né en 1590, fils de Ferdinando de’ Medici et de Christine de Lorraine ; grand-duc sous le nom de Cosimo II, il épousa Marie-Madeleine de Habsbourg et mourut en 1621.

[4En fait Philippe-Emmanuel (1586-1605), prince de Piémont, fils de Charles-Emmanuel et de Catherine de Habsbourg.

[5Francesco Gonzaga (1586-1612), fils de Vincenzo I Gonzaga, duc de Mantoue et d’Eleonora de’ Medici.

[6Poète florentin (1563-1621), membre de la Camerata de’ Bardi ; il composa la Dafne, mise en musique par Jacopo Peri, qui fut jouée à l’occasion des noces de Marie de Médicis et de Henri IV.

[7Ferdinando Gonzaga (1587-1626), deuxième fils de Vincenzo I Gonzaga, duc de Mantoue, et d’Eleonora de’ Medici ; chevalier de Malte et prieur de Barletta, en 1592, il fut créé cardinal avant de succéder à son frère Francesco IV, mort 1612, en qualité de duc de Mantoue.

[8Ascanio Colonna (1569-1608), fils de Marcantonio II Colonna, duc de Paliano et de Felice Orsini, des seigneurs de Bracciano. Après des études à Alcalà, chevalier de Malte, il fut créé cardinal en 1589 et nommé vice-roi d’Aragon en 1602.

[9Virginio Orsini (1572-1615), fils de Paolo Giordano Orsini, premier duc de Bracciano et d’Isabella de’ Medici (assassinée par son mari en 1576).

[10Gian Vincenzo Imperiali (1582-1648), fils de Gian Giacomo Imperiali, doge de Gênes en 1617, et de Bianca Spinola. Ami de Chiabrera, membre de l’Accademia degli Intrepidi sous le nom de Ripercorso, et des Addormentati, il composa des arguments pour la Gerusalemme liberata (1604) ainsi qu’un poème champêtre, le Stato rustico (Gênes, Pavoni, 1607). Protecteur de Bernardo Castello, Imperiali réunit une importante collection de peinture. Il fut nommé sénateur en 1627. Sur ce personnage, voir R. Martinoni, Gian Vincenzo Imperiali, politico, letterato e collezionista genovese del Seicento, Padoue, Antenore, 1983.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |