accueil

DOLCE (Lodovico), Prima (-seconda) parte delle stanze di diversi illustri poeti (1565-1563)

1 2

[première ligne dans un encadrement] prima parte/ DELLE STANZE/ di diversi/ illvst. poeti,/ raccolte da m. lodovico/ Dolce, a commodità, & utile de gli/ studiosi della Lingua Thoscana :/ [fleuron]/ nvovamente ristampate, et/ con diligentia reuiste & corrette./ [marque : semper eadem]/ in vinegia appresso gabriel/ giolito de’ ferrari./ m d lxv.

In-12 [240] feuillets signés A-V12 paginés (1-2) 3-122 132 214 125-154 515 156-272 323 274-292 343 294-296 397 298 349 300-383 394-395 386 398-445 546 447-477 [III dont II bl.]. Marque sur le titre (39mm) ; f. v11 v°, autre marque (45 mm) ; bandeaux typographiques ; lettrines ; caractères italiques.

Si Boccace passe pour avoir été l’inventeur des stanze, cette forme connut un rapide déclin et, selon Lodovico Dolce « per lungo tempo in queste non si raccolsero cose degne di esser lette [1] ». Ce furent Angelo Poliziano et Matteo Maria Boiardo, puis Lodovico Ariosto, qui redonnèrent à cette forme sa dignité. La principale beauté d’une stanza réside dans son ordonnance en distiques, sans effet de rupture : « che i versi senza rompimento, o trapponimento d’una sentenza nel principio, o nel mezo del seguente verso, sene vadano di due in due ».

Lodovico Dolce procura une antholgie de stanze en deux parties, publiée en 1563, avec une seconde émission en 1565. Le premier tome, ouvert par les stanze de Bembo, contient des pièces de 21 auteurs et deux pièces anonymes (‘Già vago anch’ io di strana gloria il nome…’ ; ‘O biondo Iddio…’), la plupart ayant déjà été publiées : Luigi Alamanni (Favola di Narcisso et autre pièce), Pietro Aretino, Pietro Bembo, Girolamo Benivieni (au comte Nicolò da Correggio [2]), Ercole Bentivoglio, Francesco Bolognetti, sénateur de Bologne (Il piacere), Giacomo Bonfadio, le cardinal Egidio [Antoniani Canisio] (deux pièces dont une Caccia di amore), Vittoria Colonna, marquise de Pescara, Veronica Gambara, Luigi Gonzaga dit Rodomonte (pièce adressée à Lodovico Ariosto ; autre à la louange de sa dame), Lodovico Martelli (In lode delle donne ; autre, à Vittoria Colonna in morte du marquis de Pescara), Francesco Maria Molza (Sopra il ritratto della signora Giulia Gonzaga ; autre pièce adressée au cardinal Ippolito de’ Medici ; la Ninfa Tiberina [3]), Malatesta da Rimini, Pompeo Pace (2), Giovangiacomo dal Pero (Sovra varie imprese di donne, Antonio Placidi, Angelo Poliziano (Per la Giostra del magnifico Giuliano di Pietro de’ Medici), Vincenzo Querini, Bernardo Tasso (stanze pour Giulia Gonzaga et une autre pièce), Claudio Tolomei, Annibal Tosco.

[les deux premières ligne dans un cartouche] la seconda/ parte/ DELLE STANZE/ di diversi/ avtori,/ Nouamente mandata in luce./ alla nobiliss. signora/ camilla imperiale/ [fleuron]/ con privilegio./ [marque : semper eadem]/ in vinegia appresso gabriel/ giolito de’ ferrari./ m d lxiii.

In-12 [255] feuillets signés A-X12 Y3 [mezzo sesterno] paginés (1-2) 3-94 65 96-129 103 131-141 402 405 144-182 18 184-288 269-316 337-345 349 347-383 388 385-501 [IX dont II bl.]. Marque sur le titre (39mm) ; f. Y4 v°, autre (45 mm) ; bandeaux typographiques ; lettrines, caractères italiques.

Première édition de la seconde partie des Stanze di diversi autori, procurée par Lodovico Dolce et Antonio Terminio [4], qui signe une épître de dédicace à Camilla Imperiali. Le recueil contient les pièces de 18 auteurs, principalement napolitains : Ferrante Carafa, marquis de San Lucido (pièce à Maria d’Aragona, marquise del Vasto [5]), Agostino Centurione, Angelo di Costanzo (3 pièces), Eurialo d’Ascoli, le cavaliere Gandolfo, Mario di Leo (Dell’amore prigionero canti I-II), à Maria Cardona, marquise della Padula), Bernardino Martirano, Lorenzo de’ Medici, Paolo Pansa (à suor Angela Catarina da Fiesco), Lodovico Paterno (pièces adressées à Isabella d’Aragona [6] et à la marquise del Vasto, Innocenzo Ringhieri, le cavaliere Ringhieri, Girolamo Scola, de Faenza (à Pasquale Caracciolo [7]), Stefano Ambrosio Schiappalaria (à Pellina d’Oria [Doria] Lomellini), Luigi Tansillo (pièces adressées à don Pedro de Toledo, vice-roi de Naples et à Bernardino Martirano), Antonio Terminio (2 pièces), le cavaliere Vendramin, ainsi qu’une pièce anonyme, les Nozze di due fratelli con due gemelle simili.

Deux volumes ; hauteur : 129-130 mm. Veau granité, dos à 5 nerfs orné d’un fin décor à la grotesque, pièce de titre rouge, triple filet doré encadrant les plats, coupes guillochées, gardes de papier peigné, tranches mouchetées (reliures françaises de la fin du XVIIe siècle).

→ Hastings Jackson, 599 ; Ascarelli-Menato, p. 373-375.

[1L. Dolce, Osservationi, Venise, 1556, p. 230.

[2Voir G. Benivieni, Amore, Venise, V. & P. Ravani, 1533.

[3Sur ces pièces, voir A. Brocardo, Rime, Venise, s.n., 1538 et Fr. M. Molza, La ninfa tiberina, s.l.n.n. [Venise ou Ferrare], s.d..

[4De Naples ; ses Rime avaient été publiées en 1547 (Venise, Grifi).

[5Maria d’Aragona (1503-1568), épouse Alfonso d’Avalos, marquis del Vasto.

[6Isabella d’Aragona († 1578), fille d’Antonio d’Aragona et de Giulia Antonia di Cardona, nièce de Maria d’Aragona, marquise del Vasto. Elle épousa en 1565 Juan III de la Cerda, duc de Medinaceli.

[7Auteur de la Gloria del Cavallo (Venise, Giolito, 1566) ; le traité est accompagné de nombreuses pièces liminaires, de Ferrante Carafa, Girolamo Fenaruolo, Antonio Fumani, Berardino Rota, Antonio Sanfelice, G. A. Serone, Luigi Tansillo.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |