accueil

FIRENZUOLA (Agnolo), I Lucidi (1552)

1

[fleuron] I LVCIDI [fleuron]/ comedia/ di messer agnolo/ firenzvola fio-/rentino./ [fleuron]/ [marque]/ in firenze/ m. d. lii.

[souscription] in firenze/ apresso i givnti./ m d lii.

In-8° [44] feuillets signés A-E8 F4 chiffrés 44. Marque sur le titre (60 mm ; Decia, 6bis) ; autre au f. F4 v° (67 mm) ; lettrines ; caractères italiques.

Firenzuola a tiré le sujet de sa pièce I Lucidi, composée entre 1534 et 1543, des Menæchmi de Plaute, adaptés de façon très précise jusqu’à la suite des scènes, en un style imité de l’Arétin, offrant un tableau truculent de la vie de l’époque. Deux références à Dante rappellent toutefois que la pièce s’insère dans une tradition florentine très savante si elle sait être facétieuse : une courtisane cite le vers « amor ch’a nullo amato amar perdona » (II, iv), et la rencontre entre les démons Farfarello, Malacorda et Barbariccia (IV, vi). La première édition de la comédie, procurée par Lodovico Domenichi, fut publiée en 1549. La seconde édition, soigneusement revue, parut en 1552, avec une dédicace à Aldighieri della Casa. La pièce aurait été représentée pour la première fois à Noël 1554, à Fontainebleau, devant Henri II. Il existe une contrefaçon napolitaine du XVIIIe siècle reproduisant l’édition Giunti de 1552.

Relié avec Nicolò Buonaparte, La Vedova, et autres pièces, Florence, Giunti, 1558.

→ Quadrio, VI, 105 ; Gamba, 458 ; Brunet, II, 1296 ; Hastings Jackson, 287 ; BL, 253 (2 exemplaires) ; Decia, 287 ; Mango, 64 (éd. 1549) ; Clubb, 426 ; Bregoli Russo, 251 ; Ascarelli-Menato, p. 273-274.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |