accueil

FONTE (Moderata) (MODESTA POZZO DE’ ZORZI, DITE…), Tredici canti del Floridoro (1581)

1

[encadrement] TREDICI CANTI/ del floridoro,/ Di Mad. Moderata Fonte./ alli sereniss. gran dvca, et/ gran dvchessa di thoscana./ [fleuron]/ con privilegio./ [marque : et animo et corpori]/ in venetia, m. d. lxxxi.

[souscription] in venetia,/ Nella Stamparia de’ Rampazetti.

In-4° [66] feuillets signés *4 A-O4 P6 chiffrés [IV] 62. Encadrement de titre composé de 8 bandeaux xylographiques à motif de cuirs découpés ; marque sur le titre (62 mm ; Vaccaro, 439 ; Zappella, 989-990) ; chacun des 13 chants est précédé d’une octave d’argomento, dans un encadrement à mi-page (83 x 118 mm) et d’une vignette (39 x 63 mm) dans un autre encadrement (95 x 120 mm) ; les bois sont très usés ; fleurons ; lettrines ; caractères italiques.

Le Floridoro de Moderata Fonte est dédié à Francesco de’ Medici et Bianca Cappello. Il s’agit d’un romanzo en treize chants et 1040 octaves, le premier à être composé par une femme ; il combine une fiction antique et un univers chevaleresque imité des Amadis. En une ingénieue apophatie, le chant X mentionne les « chiari ingegni non nati ancor » et célèbre Vincenzo Giliani, Orsato Giustinian, Giuliano Giselino [sic pour Goselini], Alberto Lavezzola, Celio Magno, Bartolomeo Malombra, Bernardino Partenio, Cesare Pavese, Cesare Simonetti, Erasmo di Valvasone, Domenico Venier, Maffeo Venier, Gianmaria Verdizzotti, et le musicien Giuseppe Zarlino [1].

Le volume est imprimé par les successeurs de Francesco Rampazetto, actif de 1553 à 1576 à Venise, in Calle della Rassa, probablement Giovanni Antonio et la veuve, qui reprirent l’officine jusqu’en 1602.

Hauteur : 204 mm. Parchemin (reliure de l’époque).

Provenance : ex-libris manuscrit sur le titre : di Regio Melchiori ; ex-libris imprimé Antonio Limoncelli napolitano et étiquette de bibliothèque du même [non cité par Gelli].

→ Brunet, II, 1331 ; BL, 272 (2 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 393-394.

[1Gioseffo Zarlino (1517-1590), élève de Willaert, organiste puis maître de chapelle de San Marco à Venise, auteur d’un traité, les Istitutioni armoniche (1558), contribuant à substituer à l’ancien système modal un système tonal.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |