accueil

FRACASTORO (Girolamo), Opera omnia (1584 [1574])

1 2

hieronymi/ FRACASTORII/ veronensis// opera omnia/ qvorvm nomina/ sequens pagina plenius indicat./ accessit index locvpletissimvs./ Ex Tertia Editione./ [marque : l.a. flos ivstitia]/ Cum Illustriss. Senatus Veneti decreto./ venetiis, apvd ivntas,/ m. d lxxxiiii.

[souscription] Venetijs, apud Iuntas. m d l xxiiii.

In-4° [240] feuillets signés +-+8 +++6 A-Z8 Aa-Cc8 Dd6 chiffrés [XXIV] 213 [I] ; (65) non chiffré, (186) et (192) inversés, (208) chiffré 20. Marque sur le titre (70 mm), répétée sur le dernier feuillet ; portrait dans un ovale (92 mm) au f. +8 ; schémas dans le texte ; lettrines ; caractères romains pour les textes en prose, italiques pour les vers.

Seconde émission, datée 1584, de la seconde édition collective des Opera de Girolamo Fracastoro, publiée en 1574, après l’édition de 1555. Le recueil, ouvert par une biographie de l’auteur et une épigramme de Ludovico Nogarola [1], contient le long poème Syphilidis, dédié à Bembo, et publié pour la première fois en 1530, qui donna son nom définitif au mal vénérien ; Fracastoro y développa sa théorie des infections. Parmi les traités scientifiques, le De stellis, dédié à Paul III, le De sympathia et antipathia rerum, dédié au cardinal Alessandro Farnese et publié séparément en 1546 (Venise, Giunti), sur des bases aristotéliciennes, formule pour la première fois l’hypothèse de l’existence des germes (seminaria prima), inspirée de la conception lucrétienne des semina morbi, que Fracastoro avait connue par l’édition du poète latin procurée par son ami Andrea Navagero (1483-1529) ; le De contagione tire les conséquences de cette hypothèse et fait de Fracastoro un précurseur de la pathologie. Dans le dialogue Naugerius sive de poetica, du nom de Navagero, Fracastoro propose une conception de la poésie : celle-ci n’est limitée ni par une exigence formelle ni dans ses sujets, mais elle repose sur une intuition de la beauté universelle et absolue.

Le recueil des Carmina comprend diverses pièces : une élégie sur la mort d’Antonius Turrianus [Marco Antonio della Torre] [2] ; dix épîtres adressées à Jules III [3], au cardinal Alessandro Farnese, à Marcantonio Flaminio, Galeazzo Florimonte, Gian Matteo Giberti, évêque de Vérone, Marguerite de Valois, reine de Navarre, au nom de Cesare Fregoso [4], Danielis Rhainerius [Daniele Rainieri], Francesco della Torre, sur la mort d’Aliprandus Madrutius [Madruzzo] [5], Giovanni Battista della Torre [6] ; 17 épigrammes adressées à Vittoria Farnese, épouse de Guidobaldo della Rovere, duc d’Urbin, à Giovanni Battista della Torre, sur la naissance de Giovanni Fregoso [7], tumulus de Francesco Maria Molza, Giovanni Lipomanno, sur la mort de Joannes Baptista Montanus, à Gian Matteo Giberti.

Hauteur : 238 mm. Parchemin souple (reliure de l’époque).

Provenance : cachet de la Bibliotheca Regia [ancienne Bibliothèque royale, Paris], vendu comme double.

→ Brunet, II, 1363 ; BL, 275 (2 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 329-330 ; Panizzi, 2427.

L. Baumgartner - J.F. Fulron, A Bibliography of the Poem Syphilis sive morbus gallicus by G. F. of Verona, New Haven, 1935 ; L. J. Wygant, éd. The Truman G. Blocker Jr, History of Medicine Collections : Books and Manuscripts, Galveston, The University of Texas Medical Branche, 1986, p. 144 (et références).

[1Noble de Vérone, mort en 1559, le comte Ludovico Nogarola avait mis en scène Fracastoro et Giovanni Battista Ramusio dans son Dialogus qui inscribitur Timotheus, sive d Nilo (Venise, Valgrisi, 1552).

[2La pièce est datable des années 1512-1514. Fils de Girolamo della Torre (1444-1506), lecteur en médecine aux universités de Padoue, Ferrare et Pise, et de Beatrice Benintendi, Marcantonio della Torre était lui-même lecteur en médecine à Padoue.

[3Giovanni Maria Ciocchi del Monte (1550-1555).

[4Capitaine au service du roi de France, Cesare Fregoso (1502-1541), avait épousé en 1528 Costanza Rangoni. Matteo Bandello était son secrétaire.

[5Aliprando Madruzzo di Castelnano, investi en 1468 du fief de Cavedine. Il avait épousé Catharina von Lodron. La date de sa mort n’est pas connue.

[6Autre fils de Girolamo della Torre.

[7Fils de Cesare Fregoso, né vers 1532 ; Bandello consacra également des vers à sa naissance.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |