accueil

GALLETTI (Enea), Del Gundebano (1594)

1

del/ GVNDEBANO/ d’enea galletti/ empolese/ i primi cinqve canti./ E i principij de gl’altri, come per saggio/ all’illvstriss. eccellentiss. sig./ il signor/ giovanni medici/ sig. et patron. colendissimo/ [figure : meliora latent]/ in roma,/ Appresso Bartholomeo Bonfadino. 1594./ Con Licenza de’ Superiori.

In-8° [80] feuillets signés *6 A-I8 K2 paginé [XII] 137 [IX] ; (97-139) mal numérotés 95-137 ; figure sur le titre (64 x 42 mm) ; fleurons ; caractères italiques.

Edition des cinq premiers chants du Gundebano d’Enea Galletti, un poème de chevalerie tiré d’Amadis de Gaule, dédié à don Giovanni de’ Medici († 1621) [1]. Les 17 chants suivants dont Galletti donne les premiers vers à titre d’essai, semblent n’avoir jamais été publiés.

Originaire de Brescia, Bartolomeo Bonfadino s’était établi à Rome, où il exerça entre 1583 et 1604, associé à différents imprimeurs ou libraires. Outre le Gundebano, il imprima près de cent ouvrages.

Hauteur : 158 mm. Demi-basane fauve, dos orné de doubles filets dorés, plats recouverts de papier marbré, tranches rouges (reliure du XVIIIe siècle).

Provenance : inscription sur une garde Mousset Carlo Dottore in Medicina ; ex-libris imprimé Sergio Colombi [bibliophile et mécène (1887-1972), établi à Lugano ; non recensé par Gelli] ; notes de Giuseppe Martini, Lugano.

→ Melzi, p. 162, n° 751 ; Brunet, II, 1467 ; BL, 288 ; Ascarelli-Menato, p 124 ; DTE, I, 173-174.

[1Fils naturel et légitimé de Cosme de Médicis et de Leonora degli Albizzi, né en 1563. Il fut ambassadeur en Espagne et général des armées vénitiennes et florentines, et chercha un temps fortune en France auprès de Marie de Médicis.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |