accueil

GASPARINI (Giovanni Battista), La Morte del duca e del cardinale di Guisa (1589)

1

[encadrement typographique]

LA MORTE/ del dvca,/ et del cardinale/ di gvisa,/ Et come poi fù ucciso Henrico Tertio/ di Valois Re di Francia :/ Il tutto raccolto in Ottaua Rima, & diuiso in/ due parti da Gio. Battista Gasparini,/ Venetiano./ [fleuron]/ In Roma, Per gli Heredi di Giouanni/ Gigliotti./ Con licenza de’Superiori.

In-8° [20] feuillets signés A-B8 C4 non chiffrés ; fleurons, ornements typographiques ; caractères italiques.

Poème en 100 octaves relatant l’assassinat, à Blois, les 23 et 24 décembre 1588, du duc Henri de Guise et de son frère, le cardinal Louis, archevêque de Reims, sur l’ordre de Henri III, ainsi que l’assassinat de ce dernier par Jacques Clément, le 1er août 1589 [1]. Le crime, illustration de la raison d’Etat, avait fait l’objet d’une première relation par Marc Miron, le médecin du roi [2]. Il suscita en France une vague de pamphlets provenant du parti ligueur dont les deux princes étaient les chefs, ainsi le Martire des deux frères contenant au vray toutes les particularités plus notables des massacres (s.l., 1589, et plusieurs reimpressions), dû à Charles Pinselet. La Faculté de théologie de Paris déclara immédiatement l’excommunication et la déchéance du roi, décision confirmée par le pape Sixte-Quint, en janvier 1589. Le poème de Giovanni Battista Gasparini repose sur une information directe ; il est dédié au cardinal Colonna [3].

Le volume est dû à l’atelier de Giovanni Gigliotti Osmarino, actif de 1570 à 1586, repris par les héritiers de l’imprimeur, parmi lesquels le fils de celui-ci, Domenico, qui poursuivirent son activité jusqu’en 1603.

Hauteur : 144 mm. Cartonnage moderne.

Provenance : ex-libris imprimé Sergio Colombi [bibliophile et mécène (1887-1972), établi à Lugano ; non recensé par Gelli] ; étiquette de la librairie Bredford, Lugano.

→ Ascarelli-Menato, p. 119-120.

[1Henri de Lorraine (1550-1588), 3e duc de Guise, et Louis de Lorraine (1555-1588), deuxième cardinal de Guise, étaient les fils de François de Lorraine, duc de Guise, et d’Anna d’Este.

[2Cette relation, restée manuscrite ou tirée en plaquette, aurait été recueillie par Pierre de L’Estoile, à la suite du Registre-Journal pour le règne de Henri III, voir Archives curieuses de l’histoire de France, éd. L. Cimber et F. Danjou, 1ère série, t. XII, Paris, 1836, p. 116 et suivantes.

[3Fils de Marcantonio II Colonna, Ascanio Colonna (1560-1608), chevalier de Malte et prieur de Venise en 1594, avait été créé cardinal en 1586.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |