accueil

GIRALDI CINZIO (Giovanni Battista), Euphimia (1583)

1

evphimia/ TRAGEDIA/ di m. gio.battista/ giraldi cinthio,/ nobile ferrarese./ con privilegi./ [marque : ne lateat angvis]/ in venetia,/ Appresso Giulio Cesare Cagnacini./ m d lxxxiii.

[souscription] in venetia,/ Appresso Paulo Zanfretti./ m d lxxxiii.

In-8° [68] feuillets signés A-H8 I4 paginés 135 [I bl.]. Marque sur le titre (38 mm) ; portrait de Giraldi dans un encadrement (94 mm) ; fleurons, lettrines ; texte en caractères italiques.

Première édition, posthume, de l’Euphimia de Giovanni Battista Giraldi, procurée par Celso Giraldi, et dédiée à Cesare d’Este (1552-1628), fils d’Alfonso d’Este, marquis de Monticchio et de Giulia della Rovere [1]. La pièce fut composée vers 1560. Son argument repose sur le thème de l’ingratitude. Euphimia, fille du roi de Corinthe, épouse Acharisto, serviteur de son père, alors qu’elle est aimée de Philone, roi du Péloponèse ; Acharisto la sacrifiera à sa quête du pouvoir. On a voulu voir dans cette intrigue une référence à la querelle entre Giraldi et son ancien élève ingrat Giovanni Battista Pigna.

Hauteur : 141 mm. Cartonnage marbré ancien.

→ Gamba, 1435 ; Brunet, II, 1607 ; Hastings Jackson, 360 ; BL, 305 ; Clubb, 466g ; Bregoli Russo, 282 et 289 ; Boullier, p. 70 ; Ascarelli-Menato, p. 434 (Cagnacini), p. 429 (Zanfretti) ; Rhodes, p. 113-114 ; DTE, 229-231.

[1Cesare d’Este épousa en 1586 Virginia, fille de Cosme de Médicis et d’Eléonore de Tolède. Le duc de Ferrare Alfonso II n’ayant pas eu d’enfants de ses trois mariages, Cesare d’Este, dont le père était le fils naturel et légitimé du duc Alfonso I, se trouvait être son héritier. La mort d’Alfonso II, en 1597 fut l’occasion pour le Saint-Siège de reprendre l’administration directe du duché, en refusant de renouveler l’investiture à Cesare d’Este, qui reçut en compensation le titre de duc de Modène.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |