accueil

MARINO (Giambattista), Rime (1606)

1

[encadrement]

RIME/ di/ gio. battista/ marino,/ Amorose, Lugubri,/ Marittime, Morali,/ Boscherecce, Sacre, &/ Heroiche, Varie./ all’illvstrissimo, / & Riuerendiss. Monsig./ melchior crescentio/ Chierico di Camera./ con privilegi./ In questa Sesta impressione Cor-/rette, & acresciute dal-/l’istesso Autore./ in Venetia/ Presso Gio. Bat. Ciotti/ m d cvi.

In-12 [162] feuillets signés a12 A-L12 M18 paginés [XXIV] 1-215 (216-217) 218-235 235-236 238-255 [XLV]. Titre gravé dans un encadrement (113 mm) à la marque du libraire « avrora » ; bandeaux, fleurons ; caractères italiques.

Sixième édition des Rime de Giambattista Marino ; celles-ci avaient été publiées à Venise pour la première fois en 1602. Un second volume, contenant Madrigali et Canzoni fut publié séparément la même année. Le recueil, dédié à Melchiore Crescenzi [1], contient un canzoniere en 77 sonnets, des rime marittime (50 sonnets), boschereccie (88 sonnets), eroiche (64 sonnets), lugubri (56 sonnets), morali (16 sonnets), sacre (41 sonnets) et varie (21 sonnets), dont certaines, qui décrivent des tableaux conservés dans la galerie du grand-amiral de Naples [2] (œuvres de Titien, Raphaël, Luca da Genova [3], Correggio, Parmigiano [Parmigianino], Sebastiano del Piombo, Cornelio Fiammingo [4]) ou du signor Bali, de Sienne, dit il Mecherino, constituent l’esquisse du recueil de la Galleria. Suivent 37 sonnets de proposte et risposte, avec leurs correspondants d’autres poètes : Nicola degli Angeli, l’Arido Accademico, Attilio Beringhieri, Vincenzo Bilotta, Francesco Bracciolini, Camillo Camilli, Giulio Caria, Arrigo Falconio, Vincenzo Filingieri, Orsatto Giustinian, Angelo Grillo, Battista Guarini, Giovanni Vincenzo Imperiali, Celio Magno (2), le marquis Manfredi Malaspina, Tommaso Malchiori [sic pour Melchiori], Gaspare Murtola, Carlo Noci, Salvatore Pasqualoni, le cavalier Antonio de’ Pazzi, Camillo Pellegrino, Alessandro Pera, Margherita Sarocchi, Fabio Sergardi, Pandolfo Spannochi, Tommaso Stigliano, Giovanni Battista Strozzi, Torquato Tasso, don Vincenzo Toralto, Ruberto Ubaldini, Giovanni Villifranchi, Giovanni Battista Vitale, Gabriel Zinano, incerto [Paolo Lorago].

Le Racconto donne l’ensemble des sujets et des dédicataires des pièces : le pape Clément VIII [5], Henri IV, roi de France (3), Marie de Médicis, reine de France (2), le grand duc de Toscane [6], le duc et la duchesse de Parme et Plaisance [7] (2), le duc d’Adri [sic pour Atri] [8], Ippolito degli Agostini, de Sienne, le cardinal Cinzio Aldobrandini [9], le cardinal Pietro Adobrandini [10], Isabella Andreini (2), Alfonso d’Avalos, Francesco Barone, N. Biscia, Michele Bobali, de Raguse, Antoni et Filippo Caetani, Massimiano Caffarelli, le grand-amiral (6), Giulio di Capua, comte de Palena [11], Maria di Capua, Giulio Caria, Agostino Cassandro da Castel Ficarde, O.M., don Francesco di Castro (2), le duc Cesarini [12], Cinzio Clementi, le cardinal Ascanio Colonna, le prince de Conca [13], Giovanni Contarini [14], peintre, le marquis de Corigliano [15] (2), Jacopo Corsi, Melchiore Crescenzi (2), Girolama Crescenzi degli Atti, le cardinal Deti [16], le prince Doria (4), le cardinal Alessandro d’Este [17], Giulio Falconio, le cardinal Odoardo Farnese [18] (2), Ambrogio Figino (2), peintre, Agnolo Gabrielo, Ferrante Gonzaga, prince de Molfetta [19], Giovanni Battista Manso, Mario Mattei [20], prince de l’Accademia romana, Giulio Mazarini [21], s.j., don Giovanni de’ Medici, Tommaso Melchiori (2), le cardinal Montalto, Vincenzo de’ Nobili, chevalier de Malte, Carlo Noci, Virginio Orsini, duc de Bracciano, Tommaso Pecci [22], musicien de Sienne, le marquis Peretti [23], Ascanio Pignatelli [24], Ettore Pignatelli [25], Gasparo Salviani, Onofrio Santacroce, prince de l’Accademia romana, Giovanni Carlo Scaramelli, Bernardino Stefonio [26], la princesse de Stigliano [27], Giovanni Battista Strozzi [28], Mariano Valguarnera, Francesco Maria Vialardi, Agnola Vitelli Soderini.

Suivent des pièces sur la mort de Philippe II, roi d’Espagne [29] (3), d’Alessandro Farnese, duc de Parme [30] (2), Alfonso d’Este, duc de Ferrare [31], du cardinal Gaetano (2), Marcantonio d’Alessandri, Giovanni Vincenzo d’Angeli, musicien, Pietro Angeli da Barga, Diomede Borghesi, la duchesse de Bovino [32], Faustina Cafarelli, Annibal di Capua, archevêque de Naples [33], la duchesse de Castel di Sangro [34], Lucrezia Catania, de Rimini, le connétable Colonna [35], Angelo di Costanzo, Scipione Gaetano [36], peintre, Ottaviano Martirano, Antonio Miroballo, Antonio Ongaro, Aurelio Orsi, Ascanio Pignatelli, duc de Bisaccia [37], du prince della Scala, Torquato Tasso, Tullio Torelli, Vincenzo Tuttavilla, comte de Sarno [38], du marquis del Vasto [39].

Dans un avis liminaire, le libraire justifie l’emploi poétique des termes Fato, Destino, Fortuna, Sorte : si Marino écrit en poète, il croit en chrétien. Une semblable justification figurait dans les Rime de Celio Magno (Venise, 1600), voir cet ouvrage. Il est à remarquer que Celio Magno est le signataire de la permission d’imprimer le livre de Marino.

Hauteur : 128 mm. Veau brun (reliure moderne), anciennes tranches rouges.

→ Ascarelli-Menato, p. 430-431 ; F. Giambonini, Bibliografia delle opere a stampa di Giambattista Marino, 108 (recense 8 exemplaires) ; DTE, I, p. 293-295.

[1Issu d’une antique famille romaine, liée à la fin du XVIe siècle au cénacle de saint Philippe Neri.

[2Matteo di Capua († 1607), 2e prince de Conca, grand-amiral du Royaume de Naples. Fils de Giulio Cesare di Capua (ci-dessous, il avait épousé Giovanna, fille de Pedro de Zuniga, comte de Miranda.

[3Luca Cambiaso (1527-1585), imposa le grand style maniériste à Gênes et travailla pour la cour d’Espagne en 1583.

[4Probablement le graveur d’origine flamande Cornelis Cort (1533-1578), actif à Venise et à Rome après 1565, où il reproduisit de nombreux tableaux des maîtres italiens, en particulier Zuccari et Barocci.

[5Ippolito Aldobrandini (1535-1605), auditeur de rote, cardinal en 1585, légat en Pologne, pape en 1592.

[6Ferdinando de’ Medici (1549-1609), grand-duc de Toscane en 1587.

[7Ranuccio Farnese (1569-1622) et Margherita Aldobrandini.

[8Giovanni Girolamo Acquaviva (1521-1592), 9e duc d’Atri, général des troupes pontificales, époux de Margherita Pio, ou son fils, Alberto (1545-1597), époux de Beatrice di Lannoy, des princes de Sulmona, voire Goiosa II Acquaviva (1574-1620), fils du précédent et 11e duc d’Atri.

[9Neveu du pape Clément VIII par sa mère, Giulia Aldobrandini, épouse d’Aurelio Personei, négociant à Senigalia, Cinzio Aldobrandini (1551-1610), fut créé cardinal en 1593 ; il exerça les charges de gouverneur de Spolète et légat en Avignon.

[10Cousin du précédent et neveu de Clément VIII par son père, Pietro Aldobrandini, podestà de Fano, Pietro Aldobrandini (1572-1621), protonotaire apostolique, fut créé cardinal en 1593.

[11Giulio Cesare di Capua († 1591), 5e comte de Palena, duc de Conca en 1546 ; il avait épousé Lucrezia Filomarino.

[12Giuliano Cesarini († 1613), 1er duc de Civitanova en 1585. Fils de Giangiorgio Cesarini et de Clelia Farnese, il avait épousé Livia Orsini.

[13Matteo di Capua.

[14Peintre vénitien, né en 1549, actif à la cour de Prague, où Rodolphe II le nomma chevalier, puis à Innsbruck. De retour à Venise, où il revendiqua son statut de dilettante, il exécuta d’importantes décorations au palais des Doges. Il mourut en 1604.

[15Probablement Francesco degli Monti, 2e marquis de Corigliano, époux de Francesca Carafa di Grotteria.

[16Gian Battista Detti (1576-1630), cardinal, évêque de Velletri. Il était apparenté à Pietro Aldobrandini.

[17Alessandro d’Este (1568-1628), fils d’Alfonso d’Este, marquis de Monticchio.

[18Odoardo Farnese (1573-1626), fils d’Alessandro Farnese, duc de Parme, et de Marie de Portugal.

[19Ferrante II Gonzaga (1563-1630), prince de Molfetta, fils de Cesare Gonzaga et Camilla Borromea.

[20Mario Mattei († 1616), fils de Fabio Mattei, conservateur de Rome, et de Faustina Orsini.

[21Jésuite, prédicateur fameux ; ses sermons ont été traduits en français par N. de La Rue (Paris, 1610), et Gabriel Chappuys (1611).

[22Tommaso Pecci (1576-1606), membre de l’Accademia dei Filomeli sous le nom de l’Invaghito, auteur de Canzonette et de madrigaux.

[23Michele Damasceni Peretti (1577-1631), créé marquis Peretti en 1601, puis prince de Venafro en 1605, neveu du pape Sixte-Quint, Felice Peretti, par sa mère Maria Felice Peretti, épouse de Damiano Damasceni. Il épousa en premières noces Margherita Cavazzi della Somaglia.

[24Sur ce poète, voir A. Pignatelli, Rime, Naples, A. Stigliola pour G. T. Todino, 1593 et notice.

[25Ettore III Pignatelli (1574-1622), 4e duc de Monteleone, Grand d’Espagne, vice-roi de Catalogne, fils de Camillo Pignatelli († 1583) et de Girolama Colonna di Paliano. Il avait épousé Caterina Caracciolo.

[26Bernardino Stefonio (1560-1620), jésuite, auteur de pièces de théâtre en latin.

[27Peut-être Giovanna Colonna, épouse en secondes noces d’Antonio Carafa († 1578), 3e prince de Stigliano, ou plus probablement Isabella Gonzaga († 1637), fille de Vespasiano Gonzaga, duc de Sabbioneta, qui avait épousé en 1584 Luigi Carafa (1567-1630), 4e prince de Stigliano.

[28Voir G. B. Strozzi, Madrigali, Florence, Sermartelli, 1593.

[29Mort en 1598.

[30En 1592.

[31En 1597.

[32Porzia Carafa, fille d’Antonio Carafa, duc d’Andria, qui avait épousé en 1583 Iñigo Guevara († 1602), 2e duc de Bovino, grand-sénéchal du Royaume de Naples.

[33Annibale di Capua († 1595), archevêque de Naples en 1578, nonce à Venise puis en Pologne (1586) ; il était fils de Vincenzo di Capua, duc de Termoli et de Maria di Capua.

[34Probablement Cornelia di Lannoy, fille du prince de Sulmona, épouse de Ferdinando d’Afflitto, marquis de Triventi et de Castel di Sangro.

[35Marcantonio III Colonna, mort en 1595, 4e duc de Paliano, grand-connétable du Royaume de Naples en 1585. Il épousa Felice Orsini Peretti Damasceni, nièce de Sixte-Quint.

[36Scipione Pulzone (c. 1550-1598), de Gaète, élève de Jacopino del Conte, actif à Rome, Naples et Florence, où il impose le style dépouillé d’une peinture marquée par le canon tridentin.

[37Mort en novembre 1601.

[38Vincenzo II Tuttavilla, 6e comte de Sarno, époux de Vittoria Caracciolo.

[39Alfonso Felice d’Avalos, marquis del Vasto, mort en 1593.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |