accueil

MARTELLI (Vincenzo), Rime. Lettere (1563)

1

rime/ DI M. VINCENTIO/ martelli./ Lettere del medesimo./ allo illustriss.mo et eccell.mo/ S. Ferrante Sanseuerino, Principe/ Di Salerno./ [fleuron]/ con privilegio./ [marque f]/ in fiorenza/ appresso i givnti/ m d lxiii.

In-4° [70] feuillets signés *4 A-R4 S2 paginés [VIII] 56 [VI] 75 [III] ; (12) mal chiffré 21, (13) 11, (43) 45, (73) 37. Marque sur le titre (61 mm), répétée au verso du dernier feuillet ; fleurons ; lettrines ; caractères italiques pour les Rime, romains pour les Lettere.

Edition posthume des œuvres de Vincenzo Martelli (mort en 1556). Elle est procurée par le frère de celui-ci, Baccio Martelli [1], qui, dans son épître de dédicace, rappelle le service qui liait le poète au prince de Salerne, Ferrante Sanseverino [2], et célèbre ses dons poétiques comme un bien patrimonial de la famille Martelli, illustré en particulier par Lodovico (voir ci-dessus) qui aurait pu devenir, s’il avait vécu plus longtemps, un des grands poètes de son époque.

Le volume contient un recueil de 88 pièces, 81 sonnets, dont un sonnet caudato, trois canzoni de même schéma métrique, trois madrigaux et un capitolo, ‘Soglion quei, ch’à pigion toggon Parnaso…’. La table mentionne les destinataires de plusieurs sonnets : ‘Deh perche invidia a quella prima etade…’ est adressé à Vittoria Colonna, ‘Salda Colonna, che servate intero…’, à Stefano Colonna, ‘Voi ; che per miglior via schivate l’orme…’, à Pier Vettori, ‘Gli antichi scorni, e le novelle offese…’ ; ‘Qual hor di voi meco ragiono…’ à Benedetto Varchi ; suivent deux sonnets de Varchi en réponse. D’autres sonnets, que n’indique pas la table, sont adressés à Pietro Bembo, Annibal Caro, Mario Bandini, Tullia d’Aragona.

Suit un recueil de 72 lettres missives, adressée par Martelli au nom du prince de Salerne ou en son nom propre, entre 1537 et juillet 1549 ; les destinataires sont la duchesse d’Amalfi [3], Tullia d’Aragona, le cardinal Ardinghello, Pietro Aretino, Basurto, représentant du vice-roi dans la province de Ruoli, Lucia Bretana [sic pour Bertana] Gorona [4] (2), Antonia Cadorna, le duc de Calauria, Tommaso Cambi, Scipione Capece, Galeazzo Caracciolo, Ferrante Carafa, Vittoria Colonna (2), Matteo Vincenzo Coppola, le R. P. Enea, la duchesse de Florence [5], le cardinal de Granvelle, Raffael Guicciardini, Giuseppe Iova, Pandolfo Martelli, le cavaliere Lorenzo de’ Medici, la marquise della Padula [6], Aonio Paleari, Bartolomeo Panciatichi, Lucrezia Pigha [Pico] Rangoni [7], le comte Fulvio Rangoni [8], Claudia Rangoni [9], Giovanna di Rahona [10], le cardinal Ridolfi, Alfonso Rota, le prince de Salerne (10), la princesse de Salerne, le prince Massimiliano [11], Aurelia Sanseverino, Placito di Sangro, le duc de Somma [12], le R. P. Stradino, à Florence (2), la duchesse de Tagliacozzo [13] (2), Bernardo Tasso, le duc de Termoli [14], le marquis de Torremaiore, le marquis del Vasto [15] (2), Pier Vettori (8).

Les Rime de Martelli, qui accordent une place mineure à l’inspiration amoureuse, constituent une sorte de recueil épistolaire en vers, parallèle à la section des lettres missives. Un certain nombre de celles-ci font apparaître les liens de Martelli avec des lettrés florentins, Pier Vettori et Giovanni Mazzuoli dit Stradino, à qui il envoie des pièces pour son cabinet de curiosités, dents de géants ou statuettes grecques ; d’autres sont adressées à des membres de la haute noblesse napolitaine, dont les relations avec le prince de Salerne étaient rien moins que sereines.

Hauteur : 214 mm. Parchemin rigide ; pièces de titre rouge et noire (reliure du XVIIIe siècle).

Provenance : ex-libris ancien gratté sur le premier contreplat ; ex-libris gravé de Franz Pollack-Parnau [collectionneur autrichien, né en 1903] ; étiquette de la librairie Fiammetta Soave (Rome).

→ Gamba, 642 ; Brunet, III, 1478 ; Vaganay, 1563, n° 4 ; Hastings Jackson, 443 ; BL, 419 ; Decia, 340 ; Ascarelli-Menato, p. 273-274 ; Medicea Laurenziana, 985.

[1Né en 1511, Baccio Martelli, frère de Vincenzo Martelli, s’était réfugié en France en 1534. Il servit sous Leone Strozzi et se distingua dans les expéditions de Corse et la guerre de Sienne, et il remplit diverses missions dans le Levant. En 1560, revenu à Florence, il prit le commandement de la flotte du grand-duc. Il publia les œuvres de son frère et mourut en 1564.

[2Ferrante (Ferdinando) Sanseverino (1507-1572), 4e prince de Salerne, fils de Roberto II Sanseverino († 1508) et de Maria d’Aragona. Capitaine général de l’infanterie italienne à Tunis et en Lombardie, il renonça à ses biens et passa au service de la Couronne de France ; il mourut dans la misère à Avignon. Il avait épousé en 1552 Isabella Villamarino, fille de Bernardo, comte de Capaccio et Boso, grand-amiral de Sicile, et d’Isabella di Cardona.

[3Costanza d’Avalos († 1575), veuve d’Alfonso Todeschini Piccolomini, duc d’Amalfi, ou sa belle-fille, Silvia Todeschini Piccolomini, épouse en 1541 d’Innico Todeschini Piccolomini, 4e duc d’Amalfi.

[4Sur cette poétesse, épouse de Gorone Bertano, voir A. Caro, Delle lettere familiari, Venise, B. Giunti, 1581 et note.

[5Leonora de Toledo.

[6Maria di Cardona († 1563), marquise della Padula, fille de Giovanni Cardona et de Giovanna Villamarino. Elle était nièce de la princesse de Salerne. Veuve de son cousin Artale Cadorna, elle épousa en 1534 Francesco d’Este, marquis de Massa Lombarda.

[7Une épître du même personnage est mentionnée dans le recueil procuré par Ortensio Lando, Lettere di molte valorose donne, Venise, G. Giolito de’ Ferrari, 1548. Il s’agit probablement de l’épouse de Claudio Rangoni (1507-1537), comte de Castelcrescente, capitaine au service de la France, Lucrezia ou Ludovica Pico (1507-1550), fille de Ludovico Pico, seigneur de Mirandola et de Francesca Trivulzio.

[8Fulvio Rangoni (1536-1588), comte de Castelcrescente, patricien de Modène, ambassadeur de Ferrare à Rome en 1555, ambassadeur en Espagne.

[9Fille de Claudio Rangoni et Ludovica Pico, et sœur du précédent. Elle avait épousé en 1550 Giberto da Correggio, dont elle se sépara en 1567.

[10Il s’agit probablement d’une dame de la famille napolitaine Rhao, anciens comtes d’Aversa.

[11Fils des précédents, non identifié.

[12Giambernardo Sanseverino, duc de Somma. banni d’Italie, il entra au service du roi de France et fut nommé en 1558 colonel de l’Infanterie italienne. Il mourut à Langeais en 1570.

[13Giovanna d’Aragona (1502-1575), épouse d’Ascanio Colonna († 1557), duc de Tagliacozzo.

[14Vincenzo di Capua († 1558), 3e duc de Termoli.

[15Ferrante Ferrante d’Avalos (1531-1571).

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |