accueil

MARTIRANO (Coriolano), Tragœdiæ VIII. Comœdiæ II (1556)

1

CORIOLANI/ martirani co-/sentini episcopi/ sancti marci./ tragoediae. viii./ medea phoenissae/ electra cyclops/ hippolytvs promethevs/ bacchae christvs/ comoediae. ii./ plvtvs nvbes/ odysseae lib. xii./ batrachomyomachia. argonavtica./ neap. mdlvi./ cvm privilegio.

[souscription] Ianus Marius Simonetta Cremonensis Nea-/poli excudebat. Mense Maio,/ Anno a partu Virginis/ m d lvi.

In-8° [376] feuillets signés +4 A-Z8 2A-2K8 2L4 2M-2Z8 2&8 chiffrés [IV] 1-370 [II] ; les feuillets +3 et +4 sont blancs. Lettrines de différents types (H de 38 mm ; autres 31 mm et 22 mm) ; caractères italiques.

Edition collective des œuvres dramatiques de Coriolano Martirano, procurée par le neveu de celui-ci, Marzio Martirano, et dédiée à Cristoforo Madruzzo, cardinal-évêque de Trente. Marzio Martirano dit avoir réussi à arracher au feu ces textes que leur auteur ne voulait pas publier. Il s’agit en fait de traductions-adaptations en latin de pièces du théâtre grec ancien et byzantin, et de poèmes épiques : Prometheus d’après Eschyle, Electra d’après Sophocle, Medea, Hippolytus, Bacchæ [Les Bacchantes], Phoenissæ [Les Phéniciennes] et le drame satyrique Cyclops d’après Euripide, Plutus et Nubes [Les Nuées] d’après Aristophane, Christus, un drame sacré adapté d’une œuvre byzantine anonyme du XIIe siècle, pièces auxquelles s’ajoutent les 12 premiers livres de l’Odysée d’Homère et la Batrachomyomachia ou Ranarum murumque certamen, ainsi que l’Argonautica d’Orphée. Les auteurs originaux ne sont pas mentionnés, et ces pièces ont souvent été considérées comme des créations originales, dont Tiraboschi louait « l’eleganza e la proprietà dello stile », et qui furent l’objet d’un plagiat par Crisostomo Scarfo en 1737.

Le volume est superbement imprimé par Giovanni Mario Simonetta, imprimeur originaire de Crémone et établi à Naples.

Hauteur : 162 mm ; témoins. Cartonnage moderne, anciennes tranches dorées et gaufrées conservées.

Provenance : sur le titre, ex-libris du Collegii Perusini, collège des Jésuites de Pérouse ; cachet illisible.

→ Tiraboschi, p. 256 ; BL, 421.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |