accueil

MASSOLO (Pietro), Sonetti morali (1558)

1

SONETTI MORALI/ di messer pietro/ massolo,/ Gentil’huomo Vinitiano, hora Don Loren/zo Monaco Cassinese : ristam-/pati, & corretti, con nuo/ua giunta./ [fleuron]/ all’illvtrissimo et/ reverendiss. signore, il s./ cardinal farnese./ [fleuron]/ [armoiries]// in fiorenza appresso/ lorenzo torrentino/ m d lviii.

In-8° [120] feuillets signés A-P8 paginés (1-2) 3-9 11-10 12-32 (33) 34-217 [XXIII]. Armoiries des Médicis sur le titre (41 mm) ; lettrines ; caractères italiques.

Deuxième édition du recueil des Sonetti morali, après l’édition publiée à Bologne par Antonio Manuzio en 1557. Elle est augmentée de 23 sonnets, indiqués par des astérisques, et comprend 427 sonnets adressés à différents personnages : le Pape Paul III, le cardinal [Alessandro] Farnese (2), le cardinal d’Angleterre [1] (2), le cardinal Cicala (2), le cardinal de Mantoue [2], le cardinal Contarini [3], le cardinal Santangelo [4], le cardinal Grimani, le cardinal Cortese, le cardinal Santafiore [5], l’évêque de Famagouste, l’évêque d’Alba [6], l’empereur Charles-Quint, le roi des Romains [7], le prince d’Espagne [8], le roi de France [9], le duc de Ferrare [10], le duc d’Urbin [11], le duc de Florence [12], le duc Ottavio Farnese, le duc de Mantoue [13], les Accademici Fiorentini (2), Luigi Alamanni, le cavaliere Albano, Antonio Anselmi, Giovanni Tommaso Arena (2), le comte de Bagno, le cavaliere Baiardo, Francesco Baldelli, Santo Barbarigo, Daniel Barbaro, Felice Bari, Giovanni Giacopo Bonetti, Scipion Bottigella, Angelo Cadora, Alessandro Campesano, Bernardo Cap[p]ello (2), Annibal Caro (2), Giovanni Battista Caro (2), Giovanni della Casa, Lodovico Castelvetro, Angelo Colotio, Lionardo Contarini, Traiano Delfino, Lodovico Dolce, Lodovico Domenichi (2), le prince Doria [14] (2), Marcantonio Flaminio (2), l’abbate Folengo, Pietro Fulgente (2), Adamo Fumano [15], Francesco Giorgio, Latino Giovenale, monsignore Giustinian, Curzio Gonzaga (3), Ferrante Gonzaga, Bartolomeo Gottifredi, Carlo Gualteruzzi (2), Alessandro Guarnelli, Costanzo Landi, Nicolò Leonico, Lorenzo Lenzi, Luigi Lippomano, Francesco Luinigi, Carlo Malatesta, Paolo Manuzio, Albrisio Mantovano, Antonio Marsilio, Ugolino Martelli, Basilio Milanio, Prospero Martinengo, Daniele Morisino [sic pour Morosini], Bernardo Navagero, le padre Ottavio, Giovanni Panita, le cavaliere Pannizza, Lodovico Parisetto Marin da Pesaro, Alessandro Piccolomini, Tommaso Porcacchi, Lorenzo Priuli, Luigi Priuli (3), Girolamo Quirini, Elisabetta Quirini (2), Donato Rullo, Girolamo Ruscelli, Francesco Sansovino, Sperone Speroni, Superchio Spina, le dottore Spira, Girolamo Tagliaferro, Bernardo Tasso, Stefano Tiepolo, Francesco Tirabosco, Gian Giorgio Trissino, le comte Giovanni Turnon, Polonais, Benedetto Varchi, Carlo Varrano, Domenico Venier [16] (2), Pier Vettori, Achille Vigianni, l’abbate Volpe (2), Filippo Zafiri, ainsi qu’une épitaphe de Sannazar et un sonnet à la louange de Pontanus.

Le recueil a été réimprimé en 1564 par les héritiers de Torrentino.

Hauteur : 175 mm. Vélin rigide à recouvrements ; gardes marbrées (Reliure du XVIIIe siècle).

→ Brunet, III, 1521 ; Vaganay, 1558, n° 5 ; Moreni, Annali, p. 175-176, n° V (sous le titre de Poesie morali) ; Ascarelli-Menato, p. 235-236 ; Panizzi, 3678.

[1Reginald Pole.

[2Ercole Gonzaga (1505-1563), cardinal en 1527.

[3Sur ce personnage, voir G. Contarini, De elementis, Paris, A. Wechel, 1564.

[4Ranuccio Farnese.

[5Guido Ascanio Sforza (1518-1564), cardinal en 1534.

[6Girolamo Vida, voir M. G. Vida, Christiados, Crémone, L. Britannico, 1535.

[7Ferdinand de Habsbourg (1502-1564), roi des Romains en 1531.

[8Philippe, fils de Charles-Quint.

[9Henri II.

[10Ercole II d’Este.

[11Guidobaldo II della Rovere.

[12Cosme de Médicis.

[13Guglielmo Gonzaga (1538-1587).

[14Andrea Doria (1466-1560), créé prince de Melfi en 1531.

[15Lettré et chanoine de Vérone, ami de Fracastor, Adamo Fumano, ou Fumana (c. 1506-après 1586) était attaché à Matteo Giberti dont il composa l’oraison funèbre.

[16Provéditeur et ambassadeur vénitien (1517-1582), Domenico Venier fut également poète et lettré, réunissant dans sa demeure un cercle littéraire, dont le jeune Torquato Tasso, qu’il encouragea à publier le Rinaldo ; lui-même composa des rime d’inspiration pétrarquienne, éparses dans différents recueils.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |