accueil

PETRARCA (Francesco), Il Petrarca (1547)

1 2

[Encadrement de titre]

[fleuron] IL PETRARCHA [fleuron]/ con l’espositione/ d’alessandro vellvtello/ di novo ristampato con le figv-/re a i triomphi, et con piv cose/ vtili in varii lvoghi aggivnte./ con gratia et privilegio/ [marque]/ in vinegia appres/so gabriel giolito/ de ferrari/ mdxxxxvii.

Grand in-8° [224] feuillets signés *8 A-Z8 2A-2D8 chiffrés [VIII] 213 [III]. Titre dans un encadrement gravé à décor composite (203 mm) ; au feuillet *2 v° : portrait de Pétrarque et de Laure (88 mm ; Zappella, Ritratti, 282) ; f. *5 v° : carte de Vaucluse (159 x 115 mm). Les Trionfi sont illustrés de 6 vignettes (59 x 69 mm), aux feuillets X2 ; Z4 v° ; 2A ; 2A7 ; 2C3 v° ; 2C6 ; ces illustrations sont reprises de l’édition donnée par Giolito en 1544, voir Mortimer, 375. Marque sur le dernier feuillet (71 mm). Lettrines, fleurons typographique ; texte en caractères italiques, encadré du commentaire en caractères romains.

Treizième édition des Rime et des Trionfi acompagnés du commentaire d’Alessandro Vellutello, procurée par Lodovico Domenichi [1] (1514-1564), dont la préface est reprise de l’édition donnée par le même libraire en 1545. Considérée comme la meilleure et la plus soignée des éditions de l’époque, l’édition de 1547 est augmentée de pièces diverses : un capitoloNel cor pien d’amarissima dolcezza…’ (déjà publié dans l’édition commentée par Daniello (voir ce volume), une canzoneQuel, c’ha nostra natura in se piu degno…’, une ballataNova bellezza in habito gentile…’, un sonnet ‘Anima dove sei ?…’, deux sonnets ‘Ingegno usato a le question profonde…’ et ‘Se Phebo al primo amor non è bugiardo…’, et les risposte de Giacopo de’ Caratori da Imola, Ser Diotesalvi di Pietro da Siena, ainsi que de six autres sonnets :

  • Quella ghirlanda, che la bella fronte…’
  • Stato fuss’io, quando la vidi prima…’
  • In ira à i cieli, al mondo, et a la gente…’
  • Se sotto legge Amor vivesse quella…’
  • Lasso, com’io fui mal approveduto…’
  • Quella, ch’el giovenil mio cor avinse…’.

En revanche, le sonnet de Sennuccio del Bene n’a pas été repris. La même année, Gabriele Giolito publia une édition du Petrarca révisée par Lodovico Dolce, dans le format in-12.

Hauteur : 226 mm. Maroquin citron, dos à cinq nerfs, orné de filets et de fleurons dorés. Les plats ornés d’un large décor composé d’un double cadre et d’un motif de type losange-rectangle mosaïqué de quatre bandes rouges et vertes, orné de rinceaux et de fleurons dorés, dont un fer « au corbeau » ou à la « corneille becquetant » ; au centre, grand motif mosaïqué délimitant un cartouche portant l’inscription il petra/rcha ; filet sur les coupes, tranches ciselées et peintes, traces de lacets (reliure française de l’époque). Dos refait, gardes renouvelées.

Ce type de reliure a été attribué par H. M. Nixon au « Pecking Crow Binder », un atelier parisien ayant travaillé pour François Ier, Jacques V d’Ecosse, Thomas Wotton (voir également M. Foot, « A binding by the Pecking Crow Binder », dans The Henry Davis Gift, Londres, The British Library, 1978, t. I, p. 129-138).

L’édition du Pétrarque de Giolito de 1547, plus que toutes les autres, a été conçue comme une édition de luxe, et les exemplaires en reliures ornées, italiennes ou françaises, ne sont pas rares. Bongi mentionne ainsi un exemplaire dans une reliure vénitienne de style Grolier, provenant de la vente Libri (1859) ; Tammaro De Marinis cite une reliure en maroquin rouge à décor d’étoiles et de flammes, attribuée au relieur de Jules III (665), une reliure bolonaise richement ornée (1392ter), une reliure portant le fer à l’oiseau, exécutée pour Antonio Filareto (841). La Bibliothèque de Pau conserve un autre exemplaire de la même édition, recouvert d’une reliure française mosaïquée, au chiffre p.h. ; on mentionnera enfin la reliure en maroquin noir à grand décor mosaïqué de la vente Gougy, 1934, n° 207 (reproduit).

Provenance : cet exemplaire semble être le même que celui passé en vente à Londres, Sotheby’s, 5 décembre 1927, n° 12.

→ Brunet, IV, 550 ; Marsand, 55 ; Hortis, 74 ; Fiske, 32 ; Bongi, I, p. 200-201 ; Sander, 5633 note ; Fowler, p. 99-100 ; BL, 504 (2 exemplaires) ; Balsamo, Pétrarque (12 exemplaires localisés en France) ; Ascarelli-Menato, p. 373-375 ; Panizzi, 4473 ; Ley, 167 (recense 47 exemplaires).

[1Sur ce personnage, voir L. Domenichi, Facezie, motti e burle, Fano, P. Farri, 1593.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |