accueil

PETRARCA (Francesco), Il Petrarca con nuove sposizioni (1574)

1

il/ PETRARCA/ con nvove/ spositioni,/ Nelle quali, oltre l’altre cose, si dimo-/stra qual fusse il vero giorno, &/ l’hora del suo inna-/moramento,/ Insieme alcune molto utili & belle annotationi/ d’intorno alle regole della lingua Toscana,/ E vna conserua di tutte le sue rime ridotte/ co’ versi interi sotto le lette-/re vocali./ [marque : in virtvte et fortvna]/ in lyone,/ Appresso Gulielmo Rouillio./ 1574./ Con Priuilegio del Re.

In-16 [328] feuillets signés *8 **8 A-Z8 Aa-Rr8 paginés [XLVIII dont I bl.] 19-558 [pour 588] [LII, dont IV bl.]. Marque sur le titre ; portrait de Pétrarque et 6 vignettes illustrant les Trionfi, identiques à celles de l’édition de 1558, gravures attribuées à Pierre Eskrich dit Vase ; ornements typographiques ; lettrines ; texte en caractères italiques.

Sixième édition du Petrarca publié par Guillaume Rouillé. Elle suit les éditions de 1503, 1533, 1538, 1547,1548, 1558 et les deux éditions publiées en 1564, celle, portant une dédicace de Rouillé à Alfonso Cambi [1], qui propose un texte sans annotations, et l’édition annotée, dont elle est en fait la réimpression. Elle reprend les pièces de l’édition de 1558, en ajoutant la correspondance entre Alfonso Cambi et Lucantonio Ridolfi, et une lettre du mathématicien et astrologue, le carme Francesco Giuntini (1523-c. 1590), adressée à Lodovico Domenichi concernant la date de l’innamoramento du poète. Le texte commence à la p. 19, afin de conserver la même pagination que les éditions précédentes et permettre les renvois à la Tavola di tutte le rime, établie par Ridolfi (voir ce volume). Ce rimario toutefois n’est joint à la suite que dans la moitié des exemplaires recensés du Petrarca, qui tous en contiennent une version abrégée (Tavola delle desinenze).

Hauteur : 115 mm. Chagrin violine, filets dorés au dos, titre, tomaison et date dorés, filet doré et grand centre de filets droits et courbes à motif de feuillage sur les plats, filet sur les coupes, tranches dorées (reliure du XIXe siècle).

→ Brunet, IV, 553 ; Marsand, p. 81-82 ; Hortis, 127 ; Fiske, 30 ; Picot, Français italianisants, I, p. 218-219, n° 45 ; Baudrier, IX, p. 349 ; Olschki, 42 ; Fowler, p. 109 ; BL, 505 (4 exemplaires) ; Bingen, Maître italien, p. 211 et p. 287, n° 5 (recense 29 exemplaires des Rime et 14 du Rimario), et compléments dans « Les éditions lyonnaises de Pétrarque dues à Jean de Tournes et à Guillaume Rouillé », p. 139-156 ; Balsamo, Pétrarque, 1574 (17 exemplaires recensés en France) ; Medicea Laurenziana, 1131 ; Ley, 295 (recense 44 exemplaires).

[1Né à Naples en 1535, d’un père d’origine florentine, Alfonso Cambi était venu en France, où il collabora avec Lucantonio Ridolfi à l’édition du Petrarca (1558), avant de séjourner en Espagne. De retour à Naples, il seconda Marcantonio Colonna, qui le chargea de participer à la défense de Chypre ; il mourut en 1570. Correspondant d’Annibal Caro entre 1553 et 1565, Cambi est l’auteur d’un sonnet publié dans la Raccolta di poesie in morte di Ippolita Gonzaga (Naples, 1569).

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |