accueil

ROTA (Berardino), Delle poesie (1726)

1 2 3

Delle poesie del Signor Berardino Rota cavaliere Napoletano parte I. (-parte II.) Con le annotazioni di Scipione Ammirato sopra alcuni sonetti. In Napoli mdccxxvi. Nella Stamperia di Gennaro Muzio.

Deux volumes, grand in-8° : [194] feuillets signés a-d4 ( )2 A-Z4 Aa-Xx4 paginés [XXXVI] 352 ; [136] feuillets signés a4 A-Z4 Aa-Kk4 paginés [VIII] 264. Titre imprimé en rouge et noir ; marque gravée en taille douce sur les titres « pax et vbertas » (72 X 87 mm) ; bandeau gravé aux divinités marines et armes du dédicataire (39 x 79 mm) ; autre à la Renommée (38 x 82 mm) ; autre aux trois Parques ; autre à Mercure et Saturne ; autre à la figure de Neptune ; 6 lettrines gravées (32 mm) ; portrait de Rota « ex marmore Joannis de Nola » (h. : 160 mm) ; portrait de Porzia Capece signé Antonius Baldus. Texte en caractères italiques.

Edition des œuvres poétiques de Bernardino Rota procurée par Lionardo de Turris, et dédiée à Nicolò Gallio [1]. Elle est établie sur trois éditions publiées au XVIe siècle : l’édition des Rime publiée en 1572 à la suite des Carmina du même auteur (Naples, Giuseppe Cacchi), celle des annotations de Scipione Ammirato sur les sonnets in morte di Porzia Capece, publiée en 1560 (Naples, Mattia Cancer), avec les compléments de l’édition de 1567 (Venise, Giolito). La section des églogues piscatorie, dédiée par Scipione Ammirato à Giovanni Francesco Mormile, contient 14 pièces ; l’une d’entre elles, Tritone, est dédiée à Rodolfo Pio, cardinal de Carpi. La section des carmina, dédiée par Dionigi Atanagi à Peraphanum Riberam [Perafan de Ribera] vice-roi de Naples [2], contient trois livres d’élégies, un livre d’épigrammes, un livre de sylves ou métamorphoses. Les pièces sont adressées à Giovanni Girolamo Acquaviva, duc d’Atri, Scipione Ammirato, Nicolò Antonio Brancaccio, Ippolito Capilupi, Giulio Cesare Caracciolo, Ferrante Carafa, Annibal Caro, Angelo di Costanzo, Antonio Epicureo (2), Marino Freccia, Vespasiano Gonzaga (2), Sertorio Pepo et Giovanni Antonio Serone, Rodolfo Pio da Carpi, Alfonso Rota, Salvatore Rota. Suivent, sous le même titre, 35 pièces supplémentaires, dont trois élégies, tirées de l’édition Giolito.

Hauteur : 205 mm. Vélin rigide, pièces de titre rouge (une pièce moderne), tranches mouchetées (reliures du XVIIIe siècle).

Provenance : correction manuscrite en marge de la p. 145 du t. I. Ex-libris héraldique aux contreplats, aux armes d’un membre de la famille Degli Obizzi, de Ferrare et Padoue, probablement Ferdinando degli Obizzi († 1758), marquis d’Orciano et du Saint-Empire, prince de l’Académie Galileiana des Sciences, Lettres et Arts de Padoue.

→ Gamba, 1624 ; Brunet, IV, 1411.

[1Nicolò ou plutôt Nicola Gallio (1686-1744), poète et théologien, né à Naples, mais patricien de Côme ; il assuma provisoirement le titre de duc d’Alvito [Alviso] pendant la minorité de son neveu Francesco III Gallio (1710-1749), fils de Tolomeo Gallio († 1711), lui-même fils de Francesco II Gallio, 5e duc d’Alvito, ambassadeur d’Espagne auprès du Saint-Siège.

[2Perafan de Ribera, duc d’Alcalà, vice-roi de Naples (1559-1571).

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |