accueil

SASSO (Panfilo), Opera (1519)

1

[encadrement]

Opera del preclarissimo poe=/ta Miser Pamphilo/ Sasso Modenese./ Sonetti. ccccvij./ Capituli. xxxviij./ Egloge. v/ [vignette]

[souscription] Venetiis per Guilielmum de Fontane-/to de Monferrato. M. ccccc.xix./ Adi primo Febraro.

Grand in-8° [80] feuillets signés a-k8 non chiffrés ; dans l’exemplaire décrit le dernier feuillet, blanc, manque. Titre dans en encadrement de quatre pièces à motif de grotesques sur fond noir ; vignette sur le titre (71 x 68 mm). Titre en gothique ; caractères romains.

Cinquième édition de l’Opera de Panfilo Sasso, dédiée par le poète à Elisabetta Gonzaga, duchesse d’Urbin, veuve du duc Guidobaldo da Montefeltre [1]. Le volume propose 406 sonnets, 39 capitoli, cinq églogues, imprimés à la suite, sans espace, et ne se distinguant que par une majuscule. Ces pièces, qui illustrent une sorte de sélection formelle à laquelle fut soumis le modèle pétrarquien au cours du XVe siècle, privilégiant sonnets et pièces en terzine, ne constituent pas un canzoniere proprement dit, mais plutôt un recueil mêlé, dans lequel Pétrarque est conjugué à d’autres références, Boiardo, Laurent de Médicis, Giusto de’ Conti, Serafino dell’Aquila. Quelle que soit leur inspiration, les pièces sont modulées avec virtuosité sur un même registre « désespéré », dont Sasso s’était fait une spécialité. Le volume se clôt sur le sonnet de Jacopo Filippo Pellenegra consacré à la fausse nouvelle de la mort de Sasso.

Une première édition avait été publiée en 1500 à Brescia (Bernardino Misinta, avec un privilège daté du 13 juin). En dépit de ce privilège, les Sonetti e capituli furent immédiatement réimprimés, le 30 décembre de la même année par Bernardino de Viani, à Venise, qui donna à la suite six autres éditions. L’imprimeur du volume décrit, Guglielmo da Fontaneto, originaire du Monferrat, fut actif à Venise entre 1514 et 1543 ; il travailla pour plusieurs grands imprimeurs-libraires.

Hauteur : 204 mm. Veau blond, dos à cinq nerfs, orné, triple filet doré sur les plats, double filet sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure signée F. Bedford ; successeur de Lewis, à Londres ; il exerça de 1851 à 1883).

Provenance : ex libris gravé Thos Gaisford [Thomas Gaisford (1779-1855), dean de Christ Church à Oxford, un des grands hellénistes anglais] ; notes manuscrites de Giuseppe Martini.

→ Quadrio, II, 217 ; Brunet, V, 176-177 ; Vaganay, 1519, n° 8 ; Sander, 6747 ; Cannata, 450 et description 221 ; Ascarelli-Menato, p. 356 ; Panizzi, 5259.

[1Fille de Federico I Gonzaga et de Marguerite de Bavière, Elisabetta Gonzaga avait épousé en 1486 Guidobaldo da Montefeltro, duc d’Urbin ; celui-ci mourut en 1508.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |