accueil

TASSO (Torquato), Rime e prose. Parte terza (1583)

1

rime et prose/ del signor/ TORQVATO/ tasso,/ parte terza./ nuouamente poste in luce./ con privilegio./ [armoiries : alfonsvs ii fer mvt reg dvx et c]/ in venetia,/ Appresso Giulio Vasalini./ m d lxxxiii.

In-12 [240] feuillets signés *12 A-D12 E6 E12 F-S12 T6 chiffrés [XII] (1) 2-41 31 43-53 (54-56) 51-130 12 132-165 165 167-193 190 195-222. Armoiries sur le titre (58 mm ; Vaccaro, 54 ; Zappella 1134). Fleurons ; lettrines ; caractères italiques et romains. Il existe une réimpression portant également la date 1583 sur le titre, mais une souscription datée 1584, avec le cahier T en 12 feuillets.

Terza parte des Rime e prose du Tasse, « tratte dal vero originale suo, e non lacerate e guaste », éditée par Giulio Vasalini, et dédiée à Bradamante d’Este [1]. Les rime contiennent 187 poèmes, dont 155 sonnets. Les destinataires sont : l’impératrice [2], le duc de Ferrare (2), Barbara d’Autriche, duchesse de Ferrare, Margherita Gonzaga, duchesse de Ferrare (2), Vincenzo Gonzaga, prince de Mantoue (4), Ranuccio Farnese, prince de Parme (2), Lucrezia d’Este, duchesse d’Urbin (2), le cardinal Albani, Giovanni Battista Azzolino, Ippolita [Bentivoglio], Vittoria Bentivoglio, Margherita Bentivoglio Turchi [3], Giulio Cesare Brancaccio, le P. Rafael Campioni, Giovanni Martino Casario, le cavaliere Ercole Cato [4], Leonardo Cognosciuti, Giorgio Corno, Donato Cucchetti, Alessandro d’Este, le marquis Filippo d’Este [5], Leonora d’Este [6], Marfisa d’Este (4), l’évêque de Ferrare, Vincenzo Fantini, Federico Gonzaga [7], Ferrante Gonzaga [8] (2), Vespasiano Gonzaga, duc de Sabbioneta (2), Luigi et Carlo Gonzoghi, Giulio Cesare Gualenghi (3), Giustiniano Masdoni, Angelo Michele, Gasparro Micinelli, Agostino Mosti [9] (2), Giulio Mosti [10], le comte Ercole Mosti [11], Giulio Ottonelli, Laura Peperara, Laura Pigna Gigliuoli, Marco Pio [12], Lucrezia Pocaterra, Alessandro Pocaterra (3), le P. Agostino Righino (2), le comte Cesare Sacrati [13] (2), Leonora Sanvitale, comtesse de Scandiano, Sperone Speroni, Vittoria Tassoni, Lelio Tolomei, Antonio Vandali, Domenico Venier, Eugenio Visdomini. Pièces sur la mort du roi de France François [14], Anna Bendidio Putti, Ercole Gonzaga, cardinal de Mantoue [15], Margherita Bentivoglio Turchi [16], Cristina Racha [Racchi] Lunardi [17].

Dialogues et discours viennent à la suite des rime. Il Messagiero, dédié à Vincenzo Gonzaga, prince de Mantoue, avait déjà publié en 1582 (Venise, Giunti). Il Gonzaga est publié en édition originale ; dédié aux seggi et au peuple de Naples, le dialogue, traitant du thème du plaisir honnête et de l’activité publique et l’activité privée, met en présence le philosophe Agostino Nifo et Ferrante II Gonzaga, comte de Guastalla, qui commentent deux discours de Ludovico Martelli, conseillant au prince de Salerne de décliner l’offre d’ambassadeur auprès de l’Empereur qui lui avait été faite, et celui de Bernardo Tasso, d’un avis contraire [18]. Suit un dialogue sans titre, sur la question « se si debba per amor dell’Amata, mancar con l’altre donne », en édition originale ; Il Gonzaga secondo, dédié à Alessandro Pocaterra, déjà publié en 1582, le Discorso della virtù eroica, dédié au cardinal Cesareo, le Discorso della virtù femminile, dédié à la duchesse de Mantoue [19], déjà publié en 1582. Une seconde édition du recueil fut publiée par Giulio Vasalini en 1584, avec quelques modifications et l’ajout d’un sonnet du poète à Bradamante d’Este.

Les frères Giulio et Simone Vasalini, installés comme libraires à Ferrare en 1585-1586, publient les œuvres du Tasse, dont ils confièrent l’impression à Giulio Cesare Cagnaccini et ses frères, actifs à Ferrare entre 1582 et 1588. L’adresse « In Venetia » sur leurs volumes dissimule celle de Ferrare et répond à de simples raisons commerciales.

Hauteur : 130 mm. Demi-parchemin ; dos orné de fleurons dorés ; pièce de titre et d’adresse ; plats recouverts de papier marbré, tranches rouges (reliure du XIXe siècle).

→ Serassi, p. 585 ; Carpané, p. 96 (recense 20 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 72-73 ; La ragione e l’arte, 63* ; Edizioni tassiane, 56 ; DTE, I, 229-230.

[1Fille naturelle de Francesco d’Este, marquis de Massa Lombarda ; elle avait épousé en 1575 le comte Ercole Bevilacqua.

[2Maria de Habsbourg (1529-1603), fille de Charles-Quint, épouse de Maximilien II, en 1548.

[3Epouse d’Alfonso Turchi († 1603).

[4Secrétaire du cardinal d’Este, il traduisit du français l’ouvrage de Louis Le Roy, La Vicissitudine e mutabile varietà delle cose dell’universo (Venise, Aldo, 1585). Ercole Cato mourut en 1606.

[5Filippo d’Este (né en 1537), marquis de San Martino in Rio.

[6Leonora d’Este (1534-1580), sœur du duc Alfonso II ; la légende veut qu’elle ait été aimée du poète.

[7Peut-être Federico Gonzaga († 1570), dit le marquis de Gazzuolo, ou Federico Gonzaga (1540-1565), créé cardinal en 1563.

[8Ferrante Gonzaga (1550-1605), fils de Carlo Gonzaga, marquis de Gazzuolo, et neveu du précédent.

[9Agostino Mosti (1505-1584), patricien et chanoine de Ferrare, ambassadeur du duc en Allemagne, prieur de l’hôpital de Sant’Anna, à Ferrare (1540-1584). En 1573, il avait fait ériger le monument funéraire de l’Arioste, conservé dans l’église San Benedetto jusqu’au milieu du XIXe siècle.

[10Neveu du précédent.

[11Ercole Mosti, 3e comte de Medole, majordome du duc Alfonso II. Il avait épousé Camilla, fille d’Ottavio Thiene.

[12Marco Pio di Savoia (1555-1599), seigeur de Sassuolo, fils d’Ercole Pio († 1571) et de Virginia di Marini Castagni duchesse de Terranova (1541-1576). Le Tasse avait organisé avec avec son père une représentation théâtrale à Sassuolo en 1568. Marco Pio épousa Clelia, fille naturelle du cardinal Alessandro Farnese ; il fut assassiné à Modène.

[13Cesare Sacrati († 1594), noble de Vérone et de Vicence, fils d’Alessandro Sacrati, seigneur de San Valentino, et de Giovanna degli Obizzi.

[14François II, mort en 1560.

[15Mort en 1563.

[16Fille de Cornelio Bentivoglio et de Leonarda d’Este, et épouse d’Alfonso Turchi.

[17D’une noble famille de Ravenne.

[18Sur Martelli, Bernardo Tasso et le prince de Salerne, voir V. Martelli, Rime, Florence, Giunti, 1563.

[19Eléonore d’Autriche, épouse de Guglielmo II Gonzaga.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |