accueil

TERRACINA (Laura), Discorso sopra tutti i primi canti dell’ Orlando furioso (1550)

1 2

DISCORSO/ sopra tvtti li/ primi canti d’orlan/do fvrioso/ fatti/ per la signora lavra/ terracina./ [fleuron]/ con privilegio./ [marque]/ In vinetia appresso gabriel/ giolito di Ferrarii/ m d l.

In-8° [84] feuillets signés A-K8 L4 chiffrés (1) 2-55 (55) 57-83 [I]. Marque sur le titre (66 mm) ; autre (78 mm) sur le dernier feuillet ; portrait de l’auteur (88 mm ; Zappella, Ritratti, 335) ; 46 vignettes (39 x 98 mm) ; les figures sont reprises de l’édition de l’Orlando furioso donnée par Giolito en 1542. Lettrines ; caractères italiques.

Glose poétique par Laura Terracina, sur les 46 chants de l’Orlando furioso, dédiée à Giovanni Bernardino Bonifazio, marquis d’Oria (1517-1597) [1]. Cette glose, proche de certaines techniques particulières de la poésie espagnole de la fin du XVe siècle, se présente pour chaque chant sous forme d’une stance de dédicace et de sept stances de récit, combinant des vers de l’Arioste. Chaque chant en outre est accompagné d’une vignette illustrant le même épisode de l’Orlando furioso. La première édition parut en 1549 (seconde émission à la date de 1550) ; elle fut réimprimée plusieurs fois sous le titre légèrement différent de Discorso sopra il principio di tutti i canti d’Orlando furioso, augmentée de lettres d’Anton Francesco Doni.

Les dédicataires sont le pape Paul III, l’empereur Charles-Quint, Philippe d’Autriche, prince d’Espagne, Henri II roi de France, Philippe, landgrave de Hesse [2], Soliman, « roi » des Turcs, Giovanna d’Aragona Colonna [3], Maria d’Aragona, marquise del Vasto [4], Costanza d’Avolo [sic pour d’Avalos] d’Aquino, duchesse d’Amalfi [5], Giovanni Vincenzo Belprato, comte d’Aversa, Michelangelo Buonarotti, Isabella, princesse de Molfetta [6], Diomede Carafa, évêque d’Ariano, Isabella Colonna, princesse de Selmona [sic pour Sulmona] [7], Vittoria et Girolama Colonna di Aragona [8], la comtesse de Culisano [9], Lodovico Dolce, Antonio Fuchari, Veronica de Gammara [sic pour Gambara] [10], le comte Genvoese [sic], Ferrante Gonzaga, prince de Molfetta, Pietro di Mennoga, marquis della Valle, Filippo della Noia, prince de Sulmona, Giovanni Bonifazio, marquis d’Oria, Antonio Orsini, Dianora Sanseverino, Ferrante Sanseverino [11], prince de Salerne, Pirro Antonio Sanseverino [12], prince de Bisignano, Giovanni Bernardino Spinelli, duc de Castrovillari [13], don Garcia de Toledo [14], Isabella de Toledo, duchesse de Castrovilla [sic pour Castrovillari] [15], don Pietro de Toledo, vice-roi de Naples [16], Isabella Villamarino, princesse de Salerne.

Hauteur : 164 mm. Maroquin tête-de-nègre, dos à cinq nerfs, les compartiments chargés d’un chiffre doré, filet doré encadrant les plats, grand losange mosaïqué de maroquin fauve, chiffre doré au centre, tranches lisses, gardes de tabis noir (Honegger).

Provenance : cachet de la Royal Society de Londres, ex-dono Henry Howard Norfolciensis, et cachet de vente [Henry Howard, duc de Norfolk, fut le premier président de la Royal Society ; sa vente eut lieu en juin 1898 ; Quaritch, Appendice, p. 17] ; chiffre de Jean Paul Barbier-Mueller.

→ Brunet, V, 727 ; Bongi, I, p. 319 ; Agnelli - Ravegnani, I, 203 ; BL, 665 ; Ascarelli-Menato, p. 373-375.

[1D’ancienne noblesse napolitaine, Giovanni Bernardino Bonifazio fut créé marquis d’Oria en 1536 ; il reçut la dédicace du Petraca d’Alde en 1533 et celle de l’Ifigenia de Lodovico Dolce en 1551. Partisan de la Réforme, il s’enfuit en Suisse en 1556, puis gagna la Pologne, où il s’établit en 1561. Ses livres sont conservés à Gdansk.

[2Philippe V, landgrave de Hesse (1509-1567). Chef de la ligue de Smalkalde, il fut défait à la bataille de Mühlberg et emprisonné.

[3Giovanna d’Aragona (1502-1575), fille de Ferrante d’Aragona, duc de Montalto, et de Caterina di Cardona, épouse d’Ascanio Colonna, duc de Paliano.

[4Maria d’Aragona (1503-1568), épouse d’Alfonso d’Avalos, marquis del Vasto.

[5Costanza d’Avalos († 1575), fille d’Iñigo II d’Avalos et de Laura Sanseverino, épouse d’Alfonso Piccolomini Todeschini, duc d’Amalfi.

[6Isabella di Capua, princesse de Molfetta, épouse, en 1530, de Ferrante Gonzaga, duc d’Ariano.

[7Voir ci-dessus.

[8Girolama et Vittoria Colonna, filles d’Ascanio Colonna, duc de Paliano, et de Giovanna d’Aragona. La première épousa en 1553 don Garcia Alvarez de Toledo, la seconde épousa la même année Camillo Pignatelli.

[9Maria di Cardona (1509-1563), fille de Giovanni di Cardona, comte d’Avellino et de Giovanna Villamarino ; à la mort de son père en 1512, elle hérita de ses titres et de ses biens. Elle épousa en premières noces de son cousin Artale di Cardona, comte de Golisano, puis en secondes noces, Francesco d’Este, marquis de Massa Lombarda, fils d’Alfonso I, duc de Ferrare.

[10La poétesse Veronica Gambara, voir V. Gambara, Rime e lettere, Brescia, G. M Rizzardi, 1759.

[11Ferrante Sanseverino (1507-1572), 4e prince de Salerne, époux d’Isabella Villamarino. Il était fils de Roberto II Sanseverino et de Maria d’Aragona.

[12Pietro Antonio Sanseverino (mort à Paris en 1559), 4e prince de Bisignano, chevalier de l’Ordre de la Toison d’or ; il était fils de Bernardino Sanseverino et d’Eleonora Todeschini Piccolomini.

[13Probablement Giovanni Battista II Spinelli († 1551), 3e duc de Castrovillari, fils de Ferrante Spinelli et de Diana Acquaviva, des ducs de Nardò ; il avait épousé Isabel de Toledo, fille du vice-roi de Naples, don Pedro de Toledo et sœur de la grande-duchesse de Toscane ; le titre passa à leur fille unique, Francesca Spinelli († 1603), qui épousa son cousin Scipione Spinelli, duc de Seminara.

[14Garcia de Toledo (1514-1578), 4e marquis de Villafranca, duc de Ferrandina, fils de don Pedro de Toledo, vice-roi de Naples ; il fit une carrière d’officier en Italie et avait épousé Vittoria Colonna la jeune.

[15Fille de don Pedro de Toledo ; elle avait épousé en 1539 Giovanni Battista Spinelli, duc de Castrovillari.

[16Don Pedro Alvarez de Toledo (1480-1553), vice-roi de Naples de 1532 à sa mort ; il avait épousé en 1503 Maria Osorio y Pimentel († 1539), qui lui apporta le titre de marquis de Villafranca. Sur ce personnage considérable, qui hispanisa Naples et joua un rôle majeur dans l’évolution politique et culturelle de l’Italie méridonale, voir C. J. Hernandez Sánchez, Castilla y Nápoles en el siglo XVI. El virrey Pedro de Toledo. Linaje, estado y cultura (1532-1553), Salamanque, Junta de Castilla y León, 1994.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |