accueil

TRISSINO (Gian Giorgio), Rime (1529)

1

rimε dεl trissinω.

[souscription] Stampata in Vicεnza per Tωlωmεω Ianiculω,/ De l’annω m d xx i x.

In-4° [52] feuillets signés 2a-2n4 non chiffrés. Marque au verso du dernier feuillet : « *ΠΑΝΤΟ ΖΗΤΟΥΜΕΝΟΝ ΑΛΩΤΟΝ » (99 mm ; Vaccaro, 547 ; Zappella, 1184). Caractères italiques.

Première édition des Rime de Trissino, imprimée par Tolomeo Gianicolo. Le recueil contient 47 sonnets, quatorze ballate, douze canzoni, deux sirventes, trois madrigaux et deux églogues. Au canzoniere amoureux, inspiré par Margherita Pio, veuve d’Antonio Maria Sanseverini, que le poète avait connue vers 1512, s’ajoutent la canzone à Clément VII, qui avait été publiée en 1523-1524, une canzone au cardinal Ridolfi, dédicataire du recueil, et une églogue sur la mort de Cesare Trivulzio, protecteur et ami du poète, disparu en 1527. Dans ses rime, qui ne constituent pas, selon lui le genre le plus élevé dans la hiérachie littéraire, mais qui s’inscrivent dans un projet global qu’illustre d’une certaine manière la série des textes publiés à la même époque, Trissino a pour projet de faire pièce au canon étroit du pétrarquisme codifié par Bembo, en élargissant la règle de l’imitation à l’ensemble des bons auteurs antiques et modernes, de l’Anthologie palatine à Horace, sans oublier, à côté de Pétrarque, les poètes du Stil novo, Dante, Cino da Pistoia, Guinizzelli. Si l’imitation de Pétrarque reste importante, du moins en termes quantitatifs, elle est très sélective, attentive aux motifs civils des RVF et surtout aux Trionfi. Les formes adoptées en revanche témoignent de l’intérêt de Trissino à la fois pour l’ancienne tradition italienne (ballade et même sirvente, poème en couplets, souvent satirique, pris de l’ancienne poésie provençale), et pour la tradition classique (adaptation du carmen III, 9 d’Horace dans la pièce 53, réécriture de deux idylles de Théocrite en endecasillabi sciolti).

Hauteur : 199 mm. Parchemin rigide, tranches mouchetées (reliure du XVIIIe siècle).

→ Gamba, 1712 ; Vaganay, 1529, n° 2 ; Hastings Jackson, 665 ; BL 681 ; Balsamo & Tinto, p. 131 (reprod.) ; Cannata, 505 et description 253 ; Ascarelli-Menato, p. 465-466.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |