accueil

VIDA (Marco Girolamo), Christiados libri VI (1535)

1 2 3

marci hieronymi vidae/ cremonensis/ albae episcopi/ christiados libri/ sex.

[souscription] cremonae/ in aedibvs divae margaritae/ anno a partv virginis/ m. d. xxxv./ mense octobri/ lodovic. britan. impr.

Grand in-8° [156] feuillets signés a-t8 u4 non chiffrés. Caractères italiques de chancellerie, proches de ceux de Lodovico Arrighi ; 20 lignes par page.

Première édition de la Christas, le grand poème latin de Vida, une épopée du Christ destinée à surpasser par le sublime de son sujet les plus célèbres poèmes épiques de l’antiquité païenne. Le poète commença son œuvre en 1518, sur les instances de Léon X, qui lui accorda le prieuré de S. Silvestro, afin qu’il pût poursuivre dans les conditions les plus favorables, puis de Clément VII. En 1530, à Bologne, le poème était lu au pape, à qui le manuscrit définitif fut présenté en 1532.

Le poème bénéficia de l’expérience métrique que Vida avait acquise de ses premiers essais, le De Bombyce et le Scacchia ludus, dont il s’éloignait toutefois par la hauteur du style et l’élévation de l’inspiration, revenant au strict modèle virgilien. Le poème, en hexamètres, relate en six livres les principaux épisodes de la vie du Christ, tirés des évangiles et des écrits apocryphes, auxquels s’ajoutent des épisodes annexes, ainsi une vie de Marie, imitée du De partu Virginis de Sannazaro. Par delà son intérêt strictement poétique, la Christias est un document de premier ordre sur la culture humaniste et religieuse de la cour de Rome avant le sac, et une parfaite illustration du grand style clémentin.

Le volume a été imprimé à Crémone, à l’adresse du Monastère de Santa Margherita, par Lodovico Britannico, établi à Brescia entre 1507 et 1564. Le caractère employé, que DTE dit d’origine milanaise, est proche de l’italique de Lodovico degli Arrighi, de Vicence, l’imprimeur de Trissino (voir G. G. Trissino, Epistola delle lettere nuovamente aggiunte, s.l.n.n.n.d.), qui avait imprimé le De arte poetica et différents autres poèmes du même Vida, à Rome, en 1526-1527.

Hauteur : 208 mm. Maroquin havane, dos à trois nerfs, orné d’un décor de feuillage estampé à froid, filet doré sur les nerfs, double encadrement d’un filet doré et de filets à froid sur les plats, fleurons aux angles, pot-à-feu doré au centre, trace de lacets verts, tranches mouchetées de rouge et bleu (reliure vénitienne de l’époque).

Provenance : ex-libris armorié Sunderland Library Blenheim Palace [bibliothèque des ducs de Marlborough, acquise en mars 1883 par Bernard Quaritch ; voir Quaritch, p. 21 ; l’exemplaire Sunderland du De Arte Poetica, Rome, 1527, est décrit par Birrell & Garnett, 116]. Cet exemplaire de la Christias, ou un exemplaire dans une reliure identique, est reproduit dans le catalogue Livres du Sud Ouest de la France, vente, Drouot, 25-26 avril 1995, n° 87.

→ Brunet, V, 1180 ; BL, 724 ; Di Cesare, 560 (recense 12 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 170-171 et 178 ; DTE, I, p. 207-208.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |