accueil

VIDA (Marco Girolamo), Poemata omnia (1550)

1 2

[f. A2] marci hieronymi vidae/ cremonensis/ albae episcopi/ poemata omnia tam qvae ad/ christi veritatem pertinent/ qvam ea qvae havd plane/ disivnxit a fabvla/ vtraq. seorsvm ab alteris/ primo loco continentvr/ hymni de reb. divinis/ nvnc primvm editi/ christiados lib. vi./ secvndo avtem volvmine/ de arte poetica lib. iii./ de bombyce lib. ii./ scacchia lib. i./ bvcolica diversi generis/ pleraq. non antehac edita/ cvm interdictis/ ivlii iii. pont. max./ caroli v. romanor. imp./ senatvs veneti/ ad biennivm/

[Souscription] cremonae/ in aedibvs divae margaritae/ anno a partv virginis/ m d l/ mense novembri/ io mvtivs et bernardinvs/ locheta impr.

In-8° deux parties : [216] feuillets signés A-Z8 Aa-Dd8 chiffrés (1-3) 4-216 ; [76] feuillets signés a-i8 k4 chiffrés 76. Figure cremona (131 mm ; voir Mortimer, 536) sur le premier feuillet, en frontispice. Caractères italiques. Il existe des exemplaires imprimés sur carta turchina.

Dès 1520, Marco Girolamo Vida préparait une édition réunissant ses différentes œuvres. Celle-ci parut en mai 1527, peu avant le sac de Rome, imprimée par Lodovico degli Arrighi ; elle comprenait le De arte poetica, dédié au dauphin de France [1], le De bombyce, dédié à Isabella d’Este [2], marquise de Mantoue, qui encourageait alors l’élevage des vers à soie sur ses terres, le De ludo scacchorum, les Hymni, les Bucolica, et une épître au dataire pontifical Matteo Giberti. Cette édition fut suivie de plusieurs autres, publiées à Bâle, en 1533, 1537, à Lyon, en 1537, 1541, 1547, 1548, à Venise, en 1538 et 1550. Vida fit paraître en 1550, à Crémone, une édition définitive de ses poèmes dans laquelle les Hymni, au nombre de 47, avaient fait l’objet de profondes modifications, et qui était augmentée de la Christias, publiée pour la première fois en 1535 (voir ce volume). Ces différentes éditions, largement diffusées en Europe, consacraient Vida comme un des principaux poètes latins de son temps.

Le volume est, comme le précédent, imprimé pour l’auteur, à l’adresse du couvent Santa Margherita, par Giovanni Muzio, de Crémone, et Bernardino Locheta, originaire de Pavie, appelés et associés à cet effet, et qui s’établiront en 1551 à Plaisance.

Hauteur : 160 mm. Vélin souple à petits rabats, titre calligraphié sur une tranche, trace de lacets (reliure de l’époque).

Provenance : inscription f. A3 : Hic liber est monasterij sancti Michaelis in busco [couvent des Olivétains de San Michele in Bosco, à Bologne] ; signature sur une garde, D. Josephi Soaroli Plni [de Plaisance] ; chiffre D.C.C. sur le frontispice ; cachet de la Biblioteca Rinaldo Bajetti [non recensé par Gelli].

→ Brunet, V, 1181 ; BL, 724 ; Bologna, II, 183 ; Di Cesare, 10 (recense 15 exemplaires) ; Ascarelli-Menato, p. 81 et p. 178 ; Panizzi, 6161 ; Medicea Laurenziana, 1626.

[1François de Valois, fils aîné de François Ier.

[2Née en 1474, fille d’Ercole I d’Este, duc de Ferrare, et de Leonora d’Aragon, princesse de Naples, elle épousa Francesco II Sforza, marquis de Mantoue. Isabelle d’Este assura la régence après la disparition de son époux, en 1519, et mourut en 1539.

© 2000-2017 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |