accueil

Simeoni (Gabriello), [Miscellanea di poesie] (1539)

Le manuscrit composite contient en plus des œuvres de Lionardo Giustiniani et de Giovan Battista Strozzi, un autographe de Gabriele Simeoni (Florence, 1509 – Lyon 1577 ?), comprenant des pièces en langue italienne et en latin, ainsi que deux aquarelles également de la main de l’auteur. La dédicace à Cosimo de’ Medici, Grand-Duc de Toscane (1519-1574), fils du condottiere Giovanni dalle Bande Nere di Forlì (1498-1526), date le manuscrit au 23 août 1539.

La dédicace à Cosimo de’ Medici (ff.1-2) est suivie d’un dessin aquarellé représentant le Vaucluse, la Sorgue, Avignon, ainsi que « La casa del Petrarca », soit les lieux emblématiques où a vécu pour un temps l’illustre poète et humaniste florentin. Viennent ensuite deux sonnets précédés de la dédicace « Al Medesimo [Cosimo de’ Medici] », ainsi qu’un « Hexasticon » en latin qui résume les deux compositions précédentes (f. 6). Le manuscrit se poursuit avec une série de 30 huitains, une illustration représentant Janus à deux têtes (se référant à Saturne et à Mercure) au folio 15v, qui est également datée 1539. Une nouvelle série de 18 hexamètres latin et un poème dédié au Soleil concluent la partie manuscrite de Simeoni.

Mêlant compositions poétiques et illustrations, vers en langue italienne et auto-traductions latines, ce manuscrit illustre parfaitement la culture de Gabriele Simeoni, poète d’origine toscane établi en France à partir de 1547. Les deux images se présentent en ce sens comme d’importantes clés de lecture pour l’ensemble de sa production poétique. Le point de départ est marqué par l’illustration du Vaucluse et de la « maison de Pétrarque », qui présente une dimension autobiographique et courtisane caractérisant l’œuvre de Simeoni lui-même (notamment à travers l’envoi du recueil à Cosimo de’ Medici). Les deux aquarelles sont liées par la figure de Pétrarque qui, comme il le rappelle dans sa Vita (1561), partage la même disposition astrologique à sa naissance que lui. En évoquant sa jeunesse vauclusienne, Simeoni revendique l’influence dont il a bénéficié lors de la composition de ses poésies. La seconde image précède le poème dédié au Soleil. Elle représente le dieu Janus à deux têtes (Saturne et Mercure), l’une regardant vers le passé et l’autre vers le futur, rappelant ainsi le goût de l’auteur pour les thèmes astrologique et autobiographique, centraux dans l’ensemble de ses œuvres.

Voir la description intégrale du manuscrit sur https://www.e-codices.unifr.ch/fr/searchresult/list/one/fbm/SimeoniStrozzi-0001

© 2000-2020 Tous droits réservés - Fondation Barbier-Mueller pour l'étude de la poésie italienne de la Renaissance. Design : Aldemos |